Texte à l’arrache 1

 Dans Textes à l'arrache
L’inspiration manquait à Jaquot.

Il restait devant sa page quadrillée, sans pouvoir enchâsser le moindre mot à l’intérieur des lignes. La poétique, les tournures de phrases, les figures de style…

Elles ne le saisissaient qu’au début de l’aube, quand il était trop ivre pour noter quoique ce soit. A son réveil, les idées s’étaient envolées, et il ne les retrouvait plus.

Peut-être avaient-elles rejoint l’Occident, le monde des morts qu’il espérait tant, d’où elles réapparaitraient dès la nuit revenue. Rien à faire, la lune montait dans le ciel, son taux d’alcoolémie aussi.

Aveuglé par les vapeurs spiritueuses, il ne voyait rien de spirituel. « Osiris ! Anubis ! » criait-il dans la nuit de la rue. « Aidez moi, par pitié ! Donnez moi quelques lignes, quelques phrases bien tournées, une histoire, n’importe quoi, pour que je puisse les vendre à l’amateur, et remplir ma bourse. Oh ! Je vous en prie… »

Pour toute réponse, il n’entendait que le « ta gueule ! » sonore, lancé d’une fenêtre par un résident ronchon, réveillé par ses clameurs.

Le drame de Jaquot, c’est qu’il s’était trompé d’époque. Il avait mis trop de temps à exister, et les dieux qu’il invoquait étaient hors service depuis des siècles…

« Les dieux sont odieux » finit-il par écrire sur un post-it. Jaquot sentit qu’il fallait mieux qu’il se reconvertisse dans le fonctionnariat.

Au moins, ses calembours serviraient à quelque chose.

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.