Texte à l’arrache 151

 Dans Textes à l'arrache

Souvent, les meilleures harmonies se trouvent cachées au hasard d’un certain morceau, et génèrent en nous l’émotion que nous voulions ressentir à cet instant. Prenons par exemple Dean’s Dream, (1985) par le groupe philadelphien The Dead Milkmen, (les laitiers morts). Punks improbables, à l’humour gauche, précurseurs de la basse-définition, ils furent le groupe préféré de Bart Simpson, dans les années quatre-vingt dix. Malgré (ou à cause de) l’aspect fifrelinesque de la chanson, une aigre mélancolie se dégage au fil de la minute cinquante qui circonscrit l’air dans le temps. Une tristesse à petit bras, qui en devient adorable, à force de fragilité. Que ce soit les instruments éraillées, où la voix nasillarde de Rodney Anonymous, tout semble contribuer à agripper notre sensibilité adolescente, non, notre sensibilité tout court (les ados n’ont pas le monopole des sensations, et s’ils les vivent plus intensément, ils ont plus de mal à les saisir). Cette complainte me touche au cœur. Dans un moment de profonde introspection (et de sérieuse défonce), cet assemblage de notes n’est pas sans évoquer le raffinement aimable des ballets de Jean-Baptiste Lully. Mais trêve d’analyse hasardeuse, j’ai choisi exprès Dean’s Dream, parce que c’est un morceau ridicule, où ce genre d’heureux accident se produit. Beaucoup écouteront cette chose anecdotique en haussant les épaules, en détournant le regard, avec une expression de dédain, et ce sera complètement naturel. Les formations mineures sont légions, on pourrait même dire que toutes les formations sont mineures, d’un point de vue subjectif, mais on ne pourra pas nier qu’on aime pas secrètement certaines pièces honteuses, qu’on ne ressent pas un indéfinissable plaisir à les écouter. Respectons cela. Ce que je veux dire ici, c’est non pas qu’il faille glorifier les groupes débiles, mais qu’il faut remercier la mécanique cosmique, pour ce que de tels phénomènes sonores sont possible. La ligne mélodique, quand Rodney chante « we argue and fight and one pulls a knife… » , avec ces accords de guingois derrière, fait monter en moi une sorte d’exaltation, sûrement conditionnée par tous les événements qui ont défini ma propre sensibilité, faisant entrer en résonance cette ritournelle avec le temps présent et ma vie intérieure. Ces petits bouts de mesures fortuits sont comme la cacahuète croquée dans la barre chocolatée. Les goûts s’ additionnent, et offrent une saveur supérieure aux saveurs initiales, prises séparément. C’est ce plaisir fugace qui nous fait revenir sans cesse à nos comptines favorites. Ce soir c’est vendredi, ou peut-être pas, mais ce sera quand même l’occasion d’aller voir un petit concert, dans un club discret, un auditorium d’on ne sait quelle taille, un stade, une chambre, une cuisine, etc. Si vous êtes trop loin de tout, profitez de l’incroyable privilège dont nous, humains du XXIème siècle, pouvons user : celui d’écouter de la musique à la demande, à volonté. Si vous êtes dans un autre siècle, fredonnez donc un air, allez chanter dans l’auberge la plus proche, en un mot comme en cent : ressentez. Bon weekend !

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.