Texte à l’arrache 156

 Dans Textes à l'arrache

-Monsieur Zo, j’ai le résultat de vos analyse.
-Alors docteur, c’est grave ?
-Hum… Tenez, prenez cette feuille et ce stylo, je vais vous dicter quelque chose.
-Euh, bon, d’accord.
-Ecrivez :  » « Je ne t’oublierai pas, Marseille, dont la vertu est à un degré si éminent, que la plupart des nations te doivent céder, et que la Grèce même ne doit pas se comparer à toi ! » (Pro L. Flacco.) Tacite, dans la Vie d’Agricola, loue aussi Marseille, comme mêlant l’urbanité grecque à l’économie des provinces latines. Fille de l’Hellénie, institutrice de la Gaule, célébrée par Cicéron, emportée par César, n’est-ce pas réunir assez de gloire ? » (nda : François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, tome 2, 1849)
-*scritch**scritch**scritch**scritch* Voila.
-Très bien. Faites voir… Oui…Oui… C’est bien ce que je craignais.
-Que…Qu’est-ce qui ne va pas ?
-Voici ce que vous avez écrit : « Espèce de lamentable petit trou du golf, fils de lamantin lépreux, tu sens le jus de pruneaux frelaté, et ta mère a le dos poilu. En plus, elle est tellement grosse que si elle mets un t-shirt Malcom X, les hélicoptères se posent dessus. Quand à ton père, c’est une sale crotte de coati écrasé sur le bord d’un bidet crasseux. Tu es bête comme tes chaussettes qui puent, et ton hygiène intime ferait fuir un phacomochère. Vas-te jeter dans une fosse sceptique  » fin de citation.
-Mais c’est horrible ! Je n’ai pas pu ecrire ça, c’est impossible, j’ai marqué ce que vous m’avez dicté !
-Regardez-vous meme.
-Je… Je ne vois rien d’anormal.
-C’est bien là le problème, monsieur Zo, vous souffrez de toute évidence de daltonisme scriptural. Les examens sanguins ne mentent pas.
-Da…Da…Daltonisme ?
-Oui. Et de bégaiement, apparemment.
-Comment est-ce possible docteur ?
-Mm, il y a plusieurs facteurs, mais c’est assez flou. On sait que la scène des français dans Sacré Graal y contribue par exemple.
-Malédiction, c’est un de mes films préférés.
-Évitez dorénavant.
-Je comprends mieux pourquoi j’ai échoué à tous mes examens. Ça explique aussi le refus systématique de mes manuscrits par les éditeurs… Pfff… Il y a un moyen de soigner ça ?
-Aucun, malheureusement.
-Par la barbe d’un hipster, qu’est ce que je vais vais devenir ? C’est affreux !
-Ne vous affolez pas, monsieur Zo. Vous travaillez ?
-Oui. Je suis écrivain public mais ça ne se passe pas très bien, les temps sont durs, les affaires marchent mal… Maintenant, je connais la raison.
-Il va falloir que vous vous reconvertissiez, j’en ai peur. Dans un métier où ça ne se remarquera pas. Il y en a.
-Quel genre de metier ?
-Avez-vous songé à devenir présentateur à la télévision ? On y verra que du feu, mieux, ça vous aidera à gagner en popularité.
-Quel cauchemar…

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.