Feuilleton à l’arrache 175 épisode 6

 Dans Feuilleton à l'arrache, Textes à l'arrache
(résumé : Nombreux sont ceux qui attendent l’arrivée du Bourguigñon et de sa précieuse cargaison : dix millions de cobayes psychotropes ! Les trafiquants, la police (incarnée par les inspecteurs Massey et Fergusson), la secte des adorateurs du cuys (dont fait partie l’aérodynamique Voulva), et le mystérieux S. Qui remportera le gros lot ? L’auteur seul le sait (même s’il pense plus à ce qu’on lui arrache la dent qu’autre chose.)
(Locaux de la police, unité de recherche scientifique )

-C’est pour ça que si tu sens la panique te submerger, il fait crier le nom de la personne que tu admires le plus, petit, tu verras c’est radical. Rien de tel pour garder la tête froide. Vieux truc de flic.
-Merci m’sieur, c’est super sympa ! Je suis un petit peu nerveux.
-Pas d’quoi p’tit, c’est normal.
-Euh, et c’est quoi le nom de la personne que vous admirez le plus ?
-Albert Einstein.
-Woah, c’est cool !
-Ouep…
-Alors les matheux, ça discute technique à ce que je vois ? dit Fergusson en entrant dans le laboratoire.
Comme dans toutes les séries policières, leds et les néons indiquaient la teneur hautement technologique du département.
-Bon, les têtes d’ampoules, que donnent les analyses ?
-Et bien, si la cargaison de cochon d’indes qui doit arriver est de la même teneur que l’échantillon que vous nous avez rapporté, il faut s’attendre au pire.
-Au pire ? Comment ?
-On va vous montrer. Petit, envoie la musique.
-La musique ?
-Ben ouais, là, on va faire des tests chiants, donc on met de la musique pour dynamiser un peu la misère. Vous ne regardez jamais les experts ?
-Oh, bof.
-J’appuie sur play.
Une espèce de musique rock-electro se met à beugler dans la piece. Bonz tchac bonz bonz tchac piou bonz tchac tchac…Les deux chercheurs insèrent la bestiole dans des cubes de verre transparents, l’asperge de liquide fluorescent, la mettent dans une soufflerie, analysent des poils, dont l’image numérisée apparaît sur des écrans plats dernier cri. Difficile de savoir à quoi servent ces expériences, mais une chose est certaine : c’est hyper chiant.Bonz tchac bonz bonz tchac piou bonz tchac tchac…
-Voila, les tests de cuy sont terminés.
-J’ai cru que ça ne s’arrêterait jamais… Alors, ça donne quoi ?
-Et bien ça donne que le taux de tupi-guarani atteint vingt-quatre, l’indice de caviidaetium est à soixante-dix sept, et surtout, le diéthylamide de l’acide lysergique frôle les trois cents pour cent !
-Je fais mine de comprendre…
-Une seule léchouille sur ce truc, et vous faites partouzer un ville de la taille d’Ivry sur Seine.
-Oui, m’sieur Fergusson, et plus personne ne pensera à aller faire ses courses du week-end au supermarché !
-Le petit s’affole, mais il a raison, inspecteur. Si le Bourguigñon arrive à quai, le chaos va se déchaîner sur le pays, voire le continent tout entier !
-Diable ! Il n’y a pas d’antidote à ce truc ?
-Aucun. Même si on les tue tous, le principe actif restera toujours, euh, ben, actif.
-Je dois absolument les arrêter… Par contre, les spécialistes, si vous pouviez couper votre musique de merde, ça m’aiderait à réfléchir.
-Mais on l’a coupé ?!
-Dans ce cas, c’est quoi ce tic-tac tic-tac ?
-Là, regardez, le cuy ! dit l’assistant en pointant la pauvre bête du doigt : un compte à rebours s’affiche sur les yeux du rongeur !
-Enfer, c’est une bombe, et on n’a pas beaucoup de temps ! Je comprends pourquoi on s’est retrouvé avec ce machin au mépris de toute logique narrative. Fuyez les intellos, fuyez pour vos vies !!!
-Alain Souchon !!!
(à suivrBOUM!)

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.