Texte à l’arrache 181

 Dans Textes à l'arrache

Le président, en plein milieu de son mandat, sortit du placard sous les yeux énucléés de la presse. Le temps était venu pour avouer son homosexualité, et sa relation avec Ambroise, garde national à la troublante moustache.

Les médias en balbutièrent, ne sachant pas comment frire leur petit fretin. Heureusement, la majorité de l’opinion publique, par une chance inespérée, considéra que l’amour n’ayant pas de règles, ni de frontière, il n’y avait pas lieu de s’offusquer. La contestation des bourrins et des mal-entravants fut ravie de pouvoir user jusqu’à la corde son dictionnaire de synonymes, le traitant de lion de mer libidineux, d’embrayage mal huilé, de barratte à beure salé, de pudding à la gelée grecque, d’infâme suceur de nœuds de cordes, etc. etc.

Tous le monde se marrait bien. Les plus conservatrices des homo-electrices tiquèrent un peu quand le divorce fut prononcé, et qu’Ambroise devint la première dame. Qu’importe. La poilade fut si générale, et le pays, si avide de divertissement (plus que de chose publique), que da prez fut réélu comme un caid de banlieue : les doigts dans le nez.

Mais quelle ne fut pas la surprise des partisans, lorsque leur guide changea de sexe sans prévenir, et se présenta à l’investiture avec son fait accompli dans la culotte ! Jamais dans ce pays n’avait on été autant à la pointe, aussi tendance, aussi hype : le chef de l’état etait une femme, le chef de l’état était un transexuel, le chef de l’état etait plus connu que la plus connue des chanteuses à la mode.

La moustache d’Ambroise tira la gueule quand il fut répudié, et remplacé par une lanceuse de poids brésilienne. Le peuple hallucinait, et regardait le ciel en aspirant au cosmos, tant le constat était vertigineux : un homme qui change de sexe pour devenir lesbienne, fallait quand même vraiment vouloir faire dans le compliqué…

(idee : Seb, Fred et Gina)

Articles récents
Afficher 2 commentaires
  • Goupil
    Répondre

    Bonjour mon cher ami,
    Je constate avec effroi que votre descriptif, est malheureusement incomplète. En effet, vous omettez de précisez la somme énorme de talent, dont vous êtes pourvu. Je ne parlerai, même pas, de l’immense modestie qui vous habite. Au court de ma vie, j’ai pu croiser pu rencontrer, à plusieurs reprises, des idiots qui se pensaient plus doués, ou supérieur. Malheureusement pour ces personnes, elles ne t’arrive pas aux chevilles.
    Trouver enfin tout tes écrits au même endroit, est une très bonne idée.
    Continue à me faire rêver, rire, et réfléchir.
    Un grand bravo à toi.
    Goupil, novice en scribatitude…

  • Vincent Palacio
    Répondre

    Merci à toi, très cher ami, mon égal, mon frère ! Que les muses te gratouillent sans cesse, et portent ta plume toujours plus loin❤️

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.