Texte à l’arrache 184

 Dans Textes à l'arrache

Contre-pied:

Pendant ce temps qu’ici, nous, franchouillards, buvons et rions pour oublier que la pionnerie nous cloue à l’échiquier du système, cette titanesque bille de terre poursuit son parcours cosmique. Incapables de nous représenter l’infini, nous pensons que nos petites phrases ont l’envergure des soucoupes volantes qui nous évitent avec soin.

Avons nous seulement conscience du ridicule de nos piaillements ? Ils disparaissent aussi vite que meurt un sans-abri.

Pendant ce temps, dans un vacarme sourd, la Terre comme un rouage tourne sur elle-même, emmenant les continents voir la lumière de l’étoile centrale. Et tandis que le grand manège se perpétue, il apparait lui même tel un minuscule mobile au-dessus d’un berceau flottant, quelque part dans la chambre de l’Univers.

Qu’avons-nous conscience de cette pièce immense ? Et si un jour, la porte s’ouvre, que se passera-t-il ?

D’ici là, l’astre poursuit sa flottaison, tandis que le bipède jacassant tente vainement de se persuader que ses complots sont importants. L’insouciance est une lobotomie criminelle, une volonté délibérée de se créer des ennuis, pour les affronter ensuite, dans l’illusion que notre victoire nous rendra plus fort, ou que notre échec sera une excuse, pour se lamenter en appelant des bras accidentels à nous enlacer.

Ce que nous appelons le temps est un mouvement. Quelle absurdité. Découpons nous des jambes qui courent en tranche régulières ? Pourquoi s’empêcher de tourner en rond, puisque c’est le mouvement astral général ?

Nous, milliards de bacilles en révolution, dans la solitude cloisonnée. Silencieuse comme la nuit, comme le sommeil, comme l’oubli. Ce n’est pas seulement l’horreur de la mort qui nous attriste, mais aussi la terreur de la vie, le toboggan vers cette fin.

Cet état de conscience, accepté, vécu, rend le boire circonspect et le rire absolvant. Les regards des hommes et des femmes, par-delà des étoiles, cherchent la fantaisie. Et la trouve dès les nuages.

 

(Feuilleton à l’arrache au prochain numéro !)

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.