Texte à l’arrache 24

 Dans Textes à l'arrache

Arnufle savait qu’il était en enfer. Des flammèches blanches lui mordillaient les entrailles. Dans un gouffre d’un noir total, il tombait, tombait, tombait… Suspendu dans le néant. Quand il toucha le sol, une douleur inouïe pulvérisa ses membres. Comme un fruit alourdit de vers qui tombe d’une branche d’arbre, il avait répandu sa pulpe partout par terre. La souffrance était insurmontable, et il aurait voulu l’arrêt total de la torture, stopper sa conscience, arrêter tout. Mais il ne mourrait pas, vu qu’il l’était déjà.
Après des siècles, Arnufle se rassembla, petit bout par petit bout. Ce qui semblait une vaste grotte poussiéreuse s’offrait à sa vue… Un morose Au-Delà.
-Yo, dit une voix.
Arnufle sursauta d’effroi : de la paroi, un squelette moisi s’était dégagé, et lui faisait coucou du métacarpe.
-Euuuh… Bon…Bon…Bonjour.
-Oulaaaa, tu viens de débarquer toi, tu es encore tout blanc-propre.
-Blanc-propre ?
-Regarde toi.
Il s’exécuta, et tressaillit d’horreur aussitôt : lui aussi n’était plus qu’un assortiment d’os ! Une partie d’osselet à lui tout seul, encore d’une belle blancheur d’ivoire.
-Et ouais, on arrive tous comme ça, dit le squelette, qui semblait savoir d’avance la question qu’Arnufle allait poser, tu verras, on s’y habitue… Mais je ne me suis pas présenté : Bowie, David. Artiste visionnaire.
-Da…Da…Da… David Bowie ? bégaya le nouvel arrivant.
-Si tu parles comme ça tout du long, on va s’emmerder, mon pote, dit le squelette. Et ouais, c’est moi, David Bowie : « StaaarmAAAAnn, waiting in the sky… » Ici, on s’en branle, vu qu’on est tous que des skeletors. Mais finalement, c’est pas mal, personne ne se la pête. On est VRAIMENT tous pareil. C’est Michael Jackson qui est content.
-Hii HIII ! Fit une voix aiguë dans le mur.
-Tu l’as dit bouffi. Tu vois mon gars, tout le monde est ici. Soixante-six milliards de morts, du premier au dernier. Regarde dans cette alcôve, tu as Brando, Shakespeare, Erasme (ce n’était tous que des débris plus où moins effrités), que sais-je encore… Attention, tu marches sur Homère. Beaucoup de beau linge, beaucoup d’anonymes… Enfin, tout ça n’a plus d’importance…
-Mais… Tout le monde est là ?
-Ben ouais j’viens d’le dire.
-Ca veut dire qu’on est en…
-En Enfer. Parfaitement. Tous. Jusqu’au dernier. Tu t’attendais à autre chose ?
-Euh…
Le squelette de David Bowie l’observa de ses orbites vides, sans rien dire, puis se remit à claquer des dents.
-C’est pas tout ça, mais je crois que tu es attendu. C’est la procédure pour les nouveaux.
Un grand fracas se fit entendre alors, et, de nulle part, les battants d’une immense porte s’ouvrirent devant celui qui venait de tomber. Une lueur aveuglante en jaillissait.
-Entre, nous t’attendons, dit une voix grave et solennelle.
-A plus, mon pote, dit David.
Sans pouvoir s’en empêcher, un Arnufle apeuré franchit le seuil lumineux. Il était maintenant dans un vaste tribunal.
-Accusé, à la barre, dit le juge.
Le magistrat était indescriptible, faisant au bas mot plus de vingt mètres de haut. Seul sa robe et sa perruque permettait de reconnaître sa fonction. Le récent mort s’exécuta.
-Arnufle, vous êtes soupçonné de meurtre. Deux fois.
-Votre honneur, c’est complètement faux !
-Taisez-vous ! Nous avons un témoin. Témoin, levez-vous.
Dans un box mal éclairé, à la droite du juge, il remarqua une silhouette qui se déployait. Elle avait des contours vagues, une corpulence moyenne, et l’obscurité était telle qu’il ne pouvait absolument pas voir les traits du visage de son délateur.
-Témoin, que pouvez-vous nous dire au sujet du premier meurtre ?
-Hmmm, et bien, c’était le vingt-quatre juillet dix-neuf cent quatre-vingt dix, à une heure du matin, près de Six-Four les plages, entre les numéros treize et dix-huit de la rue des tentacules. J’ai vu l’accusé roder dans la nuit. Un femme a croisé son chemin. Il s’est mis à la suivre. Elle l’a vu, s’est mise à paniquer, à crier, à courir. Mais il n’y avait personne pour la sauver. Coincée dans l’impasse des gobis, elle était à sa merci. Il a sorti le poignard africain que son grand-père avait ramené, celui avec les inscriptions rituelles sur la lame. Il a demandé à sa main d’avoir le courage de le faire. Et il l’a fait. Il l’a plantée. Trois fois. A la gorge. Aux poumons. Au coeur. Elle a beaucoup saigné, et elle est morte. Lui c’est enfui en passant par les calanques de la favouille dorée.
-Hm hmm, dit le juge. Et le second meurtre ?
-Ah ! Le second. C’était, voyons… Oui,c’est ça ! Le trois mai deux mille dix-huit , à midi cinq, à Manosque, cent treize mètre sur la route d’Escartefigue. J’ai vu l’accusé repérer une fourmi, et l’écraser méthodiquement du talon droit, avec un plaisir visible. Ce n’était pas la première fourmi qu’il tuait, oh non, il y en a eu des milliers, mais celle-là avait une famille, des enfants à nourrir ! Et lui, il s’en est fichu ! Fichu !
Le témoin éclata en sanglot.
-Voila qui est encore plus grave, dit le juge, d’une voix triste. La sentence sera donc…
-Attendez ! Comment pouvez-vous être aussi expéditif ! Ce sont des calomnies ! J’ai le droit de me défendre !
-Non, vous ne l’avez pas, gronda le juge.
-M…Mais… Pourquoi ?
-Parce que le témoignage est incontestable.
-Incontestable ! Mais comment ? Je ne connais même pas cette personne ! Je ne l’ai jamais vue !
-Bien au contraire. Témoin, vous pouvez disposer.
Et la silhouette sortit de son box, révélant aux yeux révulsés de stupeur d’Arnufle qu’il s’agissait là de sa propre ombre !
-Oui, votre ombre. Le plus irrécusable des témoins. Toute votre vie attachée à vous. Elle à tout vu. Tout entendu. Vous ne pouvez nier.
Arnufle n’était plus qu’un petit tas d’os recroquevillé et misérable. Vaincu, il était sur les rotules. Sans la moindre pitié, le juge prononça la sentence.
-Arnufle, pour vos crimes, vous serez envoyé au treizième sous-sol, pour y connaître la plus terrible des punitions, ceci pour une durée mathématiquement incalculable. Nous vous souhaitons un agréable séjour.
Un mécanisme grinça, une trappe s’ouvrit sous la coupable masse de tissus conjonctifs solidifiés, et Arnufle fut happé en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « Hii-HIII »
-Hii-HIII !
Merci, Michael.

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.