Texte à l’arrache 246

 Dans Textes à l'arrache

Quand on a un papa et une maman qui font de la physique quantique comme d’autres font des sudokus au petit déjeuner, on peut assumer d’avoir comme prénom Buckaroo. Buckaroo Banzai. Banzai, comme son daron, Masado (qui était loin d’être maso).
Né dans les années cinquante, ses parents lui ont transmis le goût pour l’excellence scientifique et l’excentrisme absolu. Médecin, physicien, star du rock et pilote de course, il etait normal que Buckaroo aspire à déguerpir de notre dimension, où être à la fois sportif et intellectuel est le summum de la diversité. Son appareil génial, le surmultiplicateur d’oscillations, installé sur une voiture de sport  aux formes troniques, lui a permis de voyager, non pas dans la quatrième dimension, mais dans la huitième, excusez du peu !
Qu’est ce que cela aurait été génial d’être Buckaroo Banzai. Mais il était trop hors de ce monde. Les adultes veulent des modèles plus réalistes  pour leurs enfants, comme footballeur, ou trader, ou sorcier. Que des trucs nuls et chiants, à vous dégouter de la théorie des trous de vers.
Mazette, si on avait pu être des Buckaroo Banzai, on te l’aurait retourné, cette dimension. On en aurait fait des papillotes de la realité, de wall street et de C. Ronaldo. Faire de la science bizarre, lancer des fusées et atomiser des amplis guitare, mais cela aurait été le B.A BA ! Explosés, les Buck Rogers, atomisés, les Darth Vader. En soupe, les tortues ninjas ! Quant au Pokémon, on les aurait fait pour de vrai, plutot qu’en bouillie de pixels dégénérés.
Hélas, le film était bien trop batard pour s’incruster dans son époque. Trop bancal, trop plein de défauts, de queues et de têtes. Il n’y a qu’ Howard le Canard à avoir fait pire. Dommage, Peter Weller, pas encore Robocop, était cool, et son costume de dimensionnaute hyper-classe. X-or en mieux.
On s’en fiche. Quand on le voit, ce film, on le fait, le voyage. Faut être au bon âge, sept ou huit ans. Ca rend zarbi à vie, tant pis. Mais au moins, après, on y va quand on veux, dans la huitième dimension, la neuvième, la dixième, la énième. Il suffit de fermer les yeux et de les presser très fort avec les doigts .

(Les aventures de Buckaroo Banzai dans la huitième dimension, un film de W.D Richter)

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.