Texte à l’arrache 323

 Dans Textes à l'arrache

-Quand t’y pense, les types qu’on voit sur les vidéos dans l’espace… Ouais, ceux avec des costumes de scaphandriers blancs. Et ben, lorsque tu les regardes crapahuter sur la station service internationale, tu te dis : roahlala comme ils sont fooorrts, ces messieurs-dames, ils ont bien travaillé à l’école, c’était toujours les premiers en dictée et en triple saut, y a pas mieux question excellence… Pff ! Sottises et billevesées ! Réfléchis. Ces images, il faut bien que quelqu’un les filme, non ? Donc le plus fort, c’est pas les spationautes, c’est le mec qui tient la caméra ! Et lui, il est ´hachement plus costaud, forcément. T’imagines l’entraînement ? En plus, il ne bouge pas d’un pouce quand il bosse, faut etre super baleze pour pas remuer alors que tu flottes dans le grand rien-du-tout, sans parler du souffle… Ben ouais, c’est tout en apnée, oh. Il paraît que le premier c’était Stanley Lubrick. Il a tout inventé les techniques de filmage de starwarzonautes, oui. C’est d’ailleurs pendant qu’il voletait la haut qu’il a eu l’idée d’utiliser ce type d’objectifs pour son film Larry Bindon. Malheureusement, ca ne c’est pas tip-top terminé pour lui : un jour, il a surpris un cosmogogol se faire dessus dans sa combinaison pressurisée. L’incontinent avait oublié de mettre sa couche-culotte… T’imagines ce qu’il s’est passé : le malheureux s’est retrouvé prisonnier d’un veritable shaker à caca. Stanley en a tellement rigolé, que le bonhomme s’est vexé. Alors, pour etre contrariant, il a decidé de se suicider, vlan ! Il a lâché la poignée, et pfouit ! s’est laissé partir dans le cosmos ! Sans un bruit, chhhhhh… Résultat, viré, le filmeux. Mais c’est grace à c’la que S.L à eu l’idée de la scène de 2013, Marseille capitale de la culture, quand le pote du héros se jette du toit du mucem. Sinon, il etait aussi sur la lune à attendre que Louis Amstrong sorte de sa petite cabane… Nouvelle preuve de la supériorité du cameraman sur le major Tom. Vas-y, en fute en velour et en chemise, en apnée pendant que l’autre guignol sautille partout comme un gamin dans un château gonflable… Trop fort. Bah… C’est toujours pareil : on ne voit que la vedette, et on ne pense jamais au petit personnel qui s’escagasse autour, n’est ce pas ? Comment ça, je parle tout seul ? Ah tiens, oui.

(idée : Gin)

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.