Texte à l’arrache 359

 Dans Textes à l'arrache

Tum dum dudum dum dudum dudum dudum
la je me sens coincé par la weed man, je suis stonifié à des strates supcosmiques et tropicales. J’ai l’impression d’etre un trisomique qui a le cerveau qui serre. Putain qu’est ce que je vais ecrire demain ? le truc sur Ichi the Killer ? pourquoi pas. Ça me forcera à faire un truc, à pousser une petite boule de lettres au sommet de ma conscience, jusqu’à ce qu’elle dégringole à son point de départ, le néant. Pour l’instant, j’ai un trop plein de phrases dans la tete, il faut que je les fesses et fasses sortir comme du pu d’un bubon, encore et encore et encore, du gros pu blanc de mots sans intérêt. J’ai presque envie de n’écrire que des onomatopées, bing, bang, blam, pif, paf, chrong, mais faut pas pousser, meme dans l’intimité de cette note ça marque mal. Peut-être qu’il y a des jours à vide, comme à présent, où on aura juste bien fait de depressuriser son cerveau . Allez je met mongoloid, par Devo, trop bon. Fallait bien etre d’Akron, Ohio, pour oser un truc pareil en soixante-dix sept. Ce ryhme appuyé d’homme des cavernes, la ligne de basse lancinante, la guitare transistor, le synthé de l’espace, et les paroles, Sacrediantre, les paroles ! Sidérante. Mongolien, c’etait un mongolien, plus heureux que toi et moi… Et il portait un chapeau et il avait un boulot… Et il ramenait la bouffe sur la table… Du coup, personne ne savait… Mongolien, mongolien, tout le monde sen fichait. Amen, les gars. On est bien tous des mongoliens.

 

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.