Texte à l’arrache 58

 Dans Textes à l'arrache

-Monsieur Cobain, tout d’abord, joyeux anniversaire en retard !
-Héhé, pas d’problème, man. Merci.
-Cinquante ans, ça doit vous faire bizarre.
-Bof, un pt’it peu, pas tant que ça.
-Ca fait combien de dates ?
-Oh, un paquet. J’dirais, allez, quinze mille ?
-Wouah. Comment ça fait, plus de vingt ans sur la route avec Nirvana ?
(Kurt réfléchit un petit moment. Il semble se marmonner quelque chose, il fredonne une mélodie).
-Ouais, c’est ça. Comme la chanson de Willie Nelson, tu sais ? (il chante de sa voix éraillé). On the road again, just can’t wait to get on the road again…
-Oui.
-Ben voilà, c’est ça. La vie que j’aime, c’est faire de la zique avec mes potes.
-C’est vrai que vous êtes une belle bande d’amis. La plupart de vos collaboration, avec les Melvins notamment, mais aussi Josh Homme, Iggy Pop, Greg Sage, les Vaselines, ou encore Mike Patton, et j’en passe, ont toujours été excellente.
– Haha , merci dude, merci
-Avec tout ce potentiel, vous auriez pu devenir un grand groupe commercial, faire des clips pour MTV, etc. Est-ce par choix, ou conviction ?
-Pas vraiment. (il réfléchit). Franchement, je pense qu’on a raté le coche en refusant la tournée avec Sonic Youth. Mais je sais pas. Je faisais du vélo, sur le parking, pendant que le mec du label qu’ils nous avaient conseillé attendait dans le snack à coté. Je tournais en rond, en rond, en rond, comme ça…. (il soupire) Je te mens pas, avant, je ne rêvais que de la gloire, de la reconnaissance. J’en étais camé. Pour moi, Nirvana, ça ne pouvait pas être plus petit que les Beatles, tu vois ? Putain, je voulais ça grave, ça me saoulait tellement, Aberdeen et tout ces relous de footballeurs américains… J’voulais leur montrer qu’un mec comme moi pouvait être dix mille fois plus populaire qu’eux. Mais boum, soudain un truc dans ma tête m’a dit de ne pas accepter, comme une voix venue d’une autre dimension, et, chais pas, ça d’vait être à force de faire des boucles, je l’ai écoutée. J’me suis dit : Bah, laisse tomber ces conneries. On a dit non. C’est con, je sais, ça été la galère, un petit moment, Dave est parti… On aurait pu enregistrer dans un super studio… Et tu sais quoi ? Ben en fait, ca a été cool. Finalement, on s’est mis à tourner à mort, on a enregistré Nevermind en D.I.Y, on a tout fait nous même, et ça a payé. C’est sur, on est un petit groupe, on est sur la route tout le temps, on gagne pas autant de thune que Kayne West, mais j’arrive à en vivre, et ça m’suffit. On est reconnu par la Scène… Je me rend compte que j’ai réalisé mon rêve, en fait : chuis un rocker. Et j’ai chanté avec Iggy Pop… Et Greg Sage !
-Vous êtes trop humble, monsieur Cobain, admettez que vous avez eu un gros impact sur la contre-culture américaine, qui s’est développée de la façon dont on sait, en véritable contre-pouvoir, à la fois culturel et politique, comme en 2000, avec l’empêchement de Georges Bush Jr. Dieu sait ce qu’il serait arrivé s’il était resté, et…
-Oula, tu vas trop loin, dude, tu m’satellise là. Chuis pas sur que ça aille aussi loin. Mais c’était bon qu’il dégage, l’autre pigeon de droite de l’espace (right wing pigeon from outer space)
-Oh,oui, excusez-moi, je m’emporte. Revenons à votre carrière, comment avez-vous vécu le départ de Dave Grohl ?
(Nouveau silence de Kurt avant de répondre)
-Ben, ça va ça vient, t’as vu ? Comment dire… Dave avait fait des compos, qui étaient super, on en a enregistré plein, comme tu sais, mais au bout d’un moment, il a commencé à devenir dirigiste, même sur les titres qui étaient pas de lui. Y avait un morceau que j’avais écrit, Pennyroyal Tea :il voulait complètement le changer ! Au bout d’un moment, on en à eu marre, Krist et moi, on s’est engueulé, et Dave à décidé de partir. C’est là qu’il à fait les Alien Fiends, qui est à mon avis un des meilleurs groupes de hardcore de ces vingts dernières années.
-Cela va sans dire.
-Mais comme je disais, ça va, ça vient. On est resté potes. Il avait besoin d’espace, voilà, c’est tout. Dale Crover nous à aidé un moment, et puis on a pris Matt Cameron. Ça n’a rien changé, Dave fait toujours parti du gang, haha .
-Haha. excusez moi, monsieur Cobain, mais je vois que le régisseur vous fait signe. En tout cas, merci d’avoir répondu a mes questions.
-Y a pas de quoi. J’achèterais un numéro de ton fanzine après le show, tu auras un stand ?
-Oui, merci. Une dernière chose à dire ?
-Restez cools, fumez plein de weed, maintenant que c’est légal. je vous aime !
Nous aussi, on t’aime, Kurt.

Articles récents

Laisser un commentaire

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.