Texte à l’arrache 278

 Dans Textes à l'arrache

Le hardcore, le rock souterrain, la musique sauvage qui ne veut pas que les cow-boys l’attrapent. Ces sales facistes crypto-gays zonent dans San Fransisco, Los Angeles, et le reste de la Californie. Suffit qu’ils repèrent un mec avec une coupe de cheveux verte, ou un t-shirt de Flipper, ou un air un peu louche, ou un manque flagrant d’appartenance à la race supérieure des footballeurs amréricains, pour qu’ils lui tombent dessus. Le tabassé se relève. La colère qui le ronge grossit encore un peu plus. Tomata du Plenty maudit les malandrins. Ils s’en vont en riant, leur bière à la main et leur vestes d’universitaires sur le dos. Lui ramasse les dents qui lui sont sortis de la bouche, réajuste son noeud papillon, retends ses bretelles, remet sa coupe électrocutée en place. Le studio Target n’est qu’a une poignée de mètres. Les autres sont déjà en place, derrière leurs instruments, devant les caméras. Tomata salue d’un grognement primate, sans raconter sa branlée. Cela est bien banal. Le double poinçon de son regard parle pour lui. Planté devant le micro, il sent la chaleur corporelle des deux clavieristes et du batteur. En 1978, est-ce que le mot synth-punk signifie quoi que ce soit ? Tomata et les autres n’en ont rien à foutre. Le soin de categoriser, ils le laissent aux minables incapables de tenir un pipeau, incapables de comprendre un schéma mental différent du leur, incapables de comprendre l’histoire de l’art. Incapable tout court. Tomata les hait, les prisonniers du contrat avec les maisons de disques. Les Screamers sont le meilleur groupe de Los Angeles. Ils peuvent remplir le Roxy alors qu’ils ne sont même pas signés. Jamais ils ne le seront. Et maintenant, ils vont remettre la musique à sa place : au milieu du spectacle antique. Trois s’en souviendront, mais ces trois là sauront que l’art est prétentieux quand il est commercial, et pur quand il reste cru. Les crétins peuvent se moquer : au compte de quatre ils seront balayés par un Rimbaud sauteur. Ceci est le hardcore.

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.