Chant Dix-Neuvième

 Dans L'Enfer de Dante

(Résumé : Dante et son guide, le poète hyper-cool Virgile, ont débarqué dans le Malebolge, le huitième cercle de l’enfer, divisé en dix partie. Ici, ça fouette sec, au propre comme au figuré, Démons flagelleurs et mares d’excréments sont au programme. Pour atteindre la sortie et rejoindre la jolie Béatrice, il y a encore du chemin, et huit bolges à parcourir ! Que va t’il encore arriver à nos deux guignolos ?)

 

Ô Toi, Simon le magicien, arnaqueur légendaire, et vous, ses pathétiques suiveurs ! Ha ! Bande de crochus, qui faites le tapin pour de l’or et de l’argent, qui trafiquez les reliques et les vendez sous le manteau dans les églises, l’heure a sonné pour vous, car ici, c’est la troisième bolge !

C’est ce que je me suis dit quand nous sommes arrivés dans ce secteur. On était monté sur une autre arche, surplombant le milieu de la fosse.

O toi, la Suprême Sagesse Sidérale, t’es trop forte, que ce soit au ciel, sur terre, ou en enfer. Tu utilise ta puissance toujours à bon escient !

Je ne sais pas pourquoi je me sentais si lyrique. J’ai vu que sur les cotés, et au fond, la pierre blême était percée d’une multitude de trous ronds, tous de même largeur, comme les niches d’un pigeonnier, où les fonds baptismaux remplis d’eau de l’église saint Jean, à Florence. J’ai pensé à ça, car il y a quelques années, j’y ai repeché un enfant qui s’y noyait, c’est dangereux la religion ! Juré-craché, si je mens, je vais enfer… Hum…. Mais reprenons.

Dans chacune de ces cavités, il sortait les pieds et les jambes d’un pêcheur, jusqu’au mollet, et le reste était dedans. Toutes ces voûtes plantaires étaient embrasées. Ça leur faisait tellement tordre et casser les jointures, qu’elles auraient pu briser une chaine, sérieux. C’était marrant, on avait l’impression qu’ils avaient de l’essence à barbecue des talons jusqu’au orteils, à cause de la flammèche bien nette qui se mouvait dessus.

-Maître, c’est qui celui là qui frétille plus que les autres ? Celui qui se fait sucer le corps par cet grosse flamme toute rouge ?
-Aïe, mon fils, mon trésor, que tchy est curieux de tout, c’est bien. Tu veux que je t’emmène voir ? Tu auras son explication en direct de sa bouche d’ombre.
-Si c’est ok pour vous, c’est ok pour moi. C’est vous le patron, quoi, le plus stylé, le plus en place, vous savez tout, je ne risque pas de vous désobeir…

On est donc allé jusqu’au quatrième rempart, et on a tourné à gauche, vers la galerie à trous.

Le Maître m’a tenu serré contre sa hanche, et ne m’a pas laché avant qu’on soit arrivé devant celui qui agitait le plus les guibolles.

-Excusez moi monsieur, je ne voudrais pas être desobligeant, j’ai commencé, mais comme ça, vous avez l’air planté comme un pin, ne le prenez pas à l’envers… Enfin, c’est sans dessus-dessous, quoi, ma pauvre âme… Mmm… Vous pouvez parler dans cette position ?

Je me sentais comme un prêtre avec un assassin vicieux. Celui qui, juste avant de marcher dans le couloir de la mort, appelle un confesseur pour gagner du temps.

-Nooon ?! C’est toi ? Le pape Boniface VIII ? T’es ici ? T’es ici ? J’aurais pas dit si tôt ! C’est moi, ton prédecesseur, Nicolas III ! Alors, tu t’es bien gavé ? Tu as bien profité de l’Eglise, avant de la saccager, sacripant ?

Comme un teubé qui ne comprend rien de ce qu’on lui raconte, j’avais un peu la honte, alors je n’ai rien dit. Aussitôt, Virgile m’a fait signe de réagir.

-Vite, vite ! Purée de purée ! Dis-lui : Je ne suis pas celui que vous croyez, viiiiiiteuh !

-Euh… Je ne suis pas celui que vous croyez.

Instantanément, le damné s’est tordu les pieds, puis a poussé un long soupir, avant de me parler d’une voix plaintive.

-Qué ???? Arf, si tu as fait tout ce chemin pour savoir qui je suis, sache qu’avant, je portais le manteau papal, moi. Ouais. Le roi des cathos j’étais. J’étais au top, comme la Grande Ourse, t’as vu ? Mais j’avais des oursons à nourrir quoi, wesh la famille. J’ai, euh, comment dire, fait des placements un peu limite-limite, je m’en suis mis plein les poches. Là tout de suite, je suis la face caché de l’iceberg, sans faire de jeu de mots déplacé. En dessous de moi, il y a tous les arnaqueurs de bénitier, les traficoteurs de reliques, les touchent-au-culte évangéliques qui sont venus avant moi. Ils tombent au compte-goutte par une fente, comme des pièces dans un monnayeur.. bientôt, ce sera mon tour, quand viendra celui avec lequel je t’ai confondu, yo. Ce qui me console, c’est qu’il cramera plus des pieds la tête à l’envers que moi, ce gros batard plus pourri que moi. Et après lui et moi, y en aura un autre, Clement V, le fornicateur d’ornythorinques. Lui, ça va être un collabo de chez collabo de proportions bibliques, tu vas voir, avec les français, tout le pèze qu’ils vont se faire !

Je ne sais pas si j’ai bien fait de lui répondre :

-Mouarf, est-ce que Jésus à demandé de l’argent à saint Pierre pour le faire pape ? Ouais bon, il a demandé juste un truc, il lui a dit : suis-moi ! Qu’est-ce que c’est cher ! Et, est-ce que Pierre et les autres ont exigé une cotisation à Mathias pour rentrer dans leur club et remplacer Judas ? Nan ! Reste dans ton trou, c’est bien fait pour toi, tu peux le garder, ton fric. Si je n’étais pas catholique, et respectueux de l’église, je serais beaucoup plus malpoli avec toi, connard. Tu fais peine à voir, l’avare. Mauvais avec les bons, et bon avec les mauvais, pouah. Vous, les ecclesiastiques, vous vous êtes bien fichu de nous, c’est simple vous avez commis tous les sept péchés capitaux, bravo, bravo, c’est du joli. Vos dieux, c’est l’or et l’argent, voilà tout. Vous savez la différence entre vous et les idolatres ? C’est que vous, vous déguisez vos idoles en crucifix, bande de crustacés cruciverbistes ! Sérieux, la malédiction que c’est, que l’empereur Constantin ait commencé à filer du pognon à la papauté… Grrr, comme ça me vénere !

Et pendant que je lui gueulais dessus, il n’arretait pas de remuer les gambettes de toutes ses forces. Par colère, ou par culpabilité ? Je n’en sais rien. En tout cas, ça avait l’air de plaire à mon Guide. Il faisait un grand sourire tandis qu’il m’écoutait dire ses quatre vérités à Nicolas. Au bout d’un moment, quand même, Virgile m’a prit à bras le corps, et il est remonté par là d’où on était venu. Il m’a porté avec autant de facilité que si j’étais une plume, jusqu’à l’arche qui faisait la transition du quatrieme au cinquième rempart. Tout en douceur, il m’a posé, en haut du rocher, si abrupt et raide que même un chamois n’aurait pas pu monter. De là, j’ai découvert un nouveau bastion.

(Texte original : en italien, en français)

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.