Skeletor fait l’inventaire

 Dans Skeletor confiné

Skeletor devant des foules masquées, vitupère à qui mieux mieux.

-Et voila, c’est reparti exactement comme avant… Ah, on peut dire qu’il a de la gueule, le jour d’après. Grrr, ça m’énerve tous ces gens heureux, sous leurs slips de bouche, je peux voir leurs sourires…Tout ce bonheur, mais quelle vulgarité ! Franchement, regardez-moi toutes ces andouillettes sautillantes : des chapelets de saucisses masqués, et des punks à chiens bourrés (les punks, pas les chiens), des hippies teigneux, des bobos poilus…. Quoi d’autre ? D’écœurants écoliers, de calamiteux collégiens, de lamentables lycéens, des gamins glaireux, de pitoyables pubères, d’affreux adulescents, des trentenaires trépanés, des quadras croupis, des quinqas cliveurs, des grabataires grabattants la campagne, d’obsequieux ouvriers, des cols-blancs baveux, des commerçants crapoteux, des clodos cafardeux, des cafards clodiqueux, des rastas rassis, des punks purulents, des crapules craignos, des cagoles cagoulées, des radasses ravagées, des mémères méchantes, des minettes méprisantes, des pochtrons poisseux, des fumeurs fuligineux , des trépassés du télétravail, des travailleurs tracassiers, des chômeurs chafouins, des bourgeois boursouflés, des automobilistes autistes, des policiers pourraves, des pompiers pompeux, de poussif pousseurs de poussettes, et un raton-laveur… Rabelaisien… Il faut absolument que je trouve le moyen de les renfermer chez eux, ces tas de tas, ces coussins péteurs de joie flatulente, et vite. Réfléchis, Skeletor, Réfléchis… Ça y est, je sais !
L’homme couleur hématome rentre à toute vitesse chez lui, ouvre un coffre dans lequel il cherche avec frénésie.
-Les voila ! dit-il en brandissant triomphalement un sac de ballons gonfables.
Aussitôt, il se met à souffler dans chacun d’eux.
-Pff ! Pff ! Pff! Ouf ! Pff…
Plusieurs centaines de « pffs » plus tard, le salon de Skeletor est envahit de vessies enflées et bondissantes.
-Super. Maintenant, un marqueur…
Son feutre en main, le Démoniaque Dilatateur s’emploie alors, dans un tintamarre de frictions caoutchouteuses, à décorer chaque ballon de points, de tiges, et de franges bulbeuses.
-Parfait, on croirait vraiment à des virions géants ! Maintenant, il ne me reste plus qu’à emmener tout ça dans un lieu bien populeux.
Et, toujours dans un fatras de couinements plastifiés, le Génial Général enfourne son stock dans un énorme ballot.
-Pfiou !
Son exténuante tache achevée, Skeletor ressort, court jusqu’à la place la plus proche. Une fois rendu, il ouvre en grand son récipient, et en déverse le contenu en criant :
-Oh mon Dieu, le Virus est de retour, il nous fonce droit dessus, planquez vous tous,  Aaaarrggh !!!
Une myriade de faux fléaux eclipsent le soleil et enténébrent le ciel. Aucune réaction. Passifs, les eterniens n’entendent rien, le regard perdu dans les miroir de leurs smartphones.
-Damnation ! Ils sont trop stupides pour comprendre quoi que ce soit ! Grrr ! Bande de carcinomes calorifères de Carcassone, vous allez réagir, oui ou m…. ?
Et juste à ce moment-là, un des passants lève la tête.
-La ! Regardez ! Skeletor !!!
Immédiatement, une sourde rumeur s’élève, suivie d’une tornade d’invectives et d’injures.
-Ouuuh, à bas Skeletor !!!
-Skeletor, Tête de mort !
-Bacille ambulant !
-Vilain !
-Affreux !
-Canard !
-Bleu-bite !
-Abominableu !
-Jetons lui des pierres ! À l’attaque !!!
Et tout en chargeant vers lui, les eterniens lapident l’horrible farceur.
-Ouille ! Mais je me fais caillasser ! Aïe ! Cassos, en vitesse ! Outch ! Je rentre, hiiiii ! me confiner, tous aux abris ! Aïeuh ! Ça fait mal ! Tudju, mais c’est qu’ils sont hargneux, hééé ! Y a pas à dire, gnnn ! Le pire des virus, c’est l’eternien ! Oumpf !
Pauvre Skeletor.
Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.