Skeletor rétro-joueur

 Dans Skeletor confiné
Comme d’habitude, dehors, c’est la précipitation surabondante de phoques. Comme d’habitude, Skeletor s’ennuie tel un rat en quarantaine. Toujours à la recherche d’activités temporicides, cette fois, il a ressorti sa vieille console FES (Fistulo Entertainement System). À l’instar des autres machines obsolètes du passé archaïque, elle marche parfaitement. Il a eu juste à la brancher, à l’allumer, à insérer une cartouche, et roulez vieillesse.
Autiste (mais est-on autiste quand on est tout seul ?), les doigts entortillés sur la manette primitive, le Pape de la Pulvérisation réessaye ses anciens jeux vidéos, cigarette au bec, et soda à portée de main. L’action se rythme avec la chaîne hi-fi en mode lecture aléatoire. La bande-son du passé vibrionne avec les bruissements du présent.
« Ride
With
Zeke !
The future is absurd
and it’s bleak
So
Get it on
Get it up
Take the beat
And Ride
With
Zeke !»
(trad à l’arrache : Monte avec Zeke, le futur est absurde et glauque. Alors, bouge-toi, lève-toi, prends les coups, et monte avec Zeke.)
(Zeke you. 1998. Zeke.)
-Déjection de mollusque subaquatique ! Encore raté !
Skeletor vient de perdre une vie. Le logiciel, Ninja Gadin, invite le joueur à incarner un shinobi (assassin) bourré au saké, qui doit traverser des niveaux infestés de savonnettes, bananes et flaques d’huile sans se gameller. Extrêmement punitive, la jouabilité n’admet pas la moindre erreur. Le sprite dirigé par notre Nocif Notoire vient de s’emmêler les pixels dans une corde, glisse sur un patin à roulettes qui se trouve par malchance au sommet d’escaliers vertigineux, et se disloque contre les marches dans d’horribles contorsions et bip-bips douloureux. Un message désobligeant s’affiche à l’écran : « PERDU GROSSE TANCHE ». Ire immédiate de Skeletor, qui change de jeu. Fatras de plastique épais.
« I can’t stand it, I know you planned it
I’m gonna set it straight, this Watergate
I can’t stand rocking when I’m in here
‘Cause your crystal ball ain’t so crystal clear
So while you sit back and wonder why
I got this fucking thorn in my side
Oh my God, it’s a mirage
I’m tellin’ y’all, it’s a sabotage »
(trad à l’arrache : J’ne tiens plus, je sais qu’tu l’as conçu. Je m’en vais le démettre, ce Watergate. Quand j’suis là, j’aime pas qu’on m’baladine. Car ta boule de cristal n’est pas cristalline. Pendant qu’t’es là à t’demander, pourquoi j’ai cette pu[bip] d’épine dans l’pied. Oh bon dieu, c’est un mirage. Je vous l’dis à tous, c’est un sabotage.)
(Sabotage. 1994. Beastie Boys.)
-Putréfaction de fond de bassin ostréicole humide ! Oui, c’est vrai, c’est du sabotage !
Humilié par le premier ennemi rencontré dans sa partie de Psycho Phoque, Skeletor fulmine. C’est un jeu de plateforme tout mignon, aux graphismes acidulés, dans lequel on contrôle un phocidé doué de facultés de calcul mental hors du commun (absolument inutiles ici), qui rampe à la vitesse d’une limace hémiplégique, et saute à peine à quelques centimètres de hauteur. C’est dire si le défi est corsé. Contre une mouche à [bip] pourvue d’hélices (le premier ennemi susmentionné) on frise déjà l’impossible. Difficulté démotivante qui, de surcroît, lui rappelle trop la météo. Skully insère une autre cartouche.
«Blaster bomb bomb bomb ahead

Multi millions still unfed (unfed)
Amondo teeno giving head

Shoot it up
Shoot it up »
(trad à l’arrache : Canon bombe bombe bombe en vue. Plusieurs millions affamés. Adulescents en train d’sucer. Mise à feu. Mise à feu.)
(Love missile f1-11. 1986. Sigue Sigue Sputnik.)

-Ppfff…
Le post-punk débilitant à beau s’accorder à la perfection avec Super Mariole Brosse, Skeletor se lasse. Dans la peau du technicien de surface à l’accent sudiste, mascotte de la firme Bitandobe, le joueur doit nettoyer rapidement toutes les surfaces du niveau, tout en évitant les inspecteurs du travail et les schmidts qui veulent l’expulser, et en n’oubliant pas de collecter son salaire de misère, représenté par des cacahuètes. Avec les arachides récoltées, Super Mariole peut s’acheter des articles superflus, faire le malin en se croyant heureux, et frimer devant la princesse Mycose. Ce qui gêne le Roi du Ravage, c’est que contrairement aux deux programmes précédents, c’est beaucoup trop facile. Les victoires se succèdent, monotones, mornes, mollassonnes… À croire qu’il est naturellement doué pour astiquer.
-C’est étrange, cette musique me donne envie de me masturber frénétiquement comme un primate parkinsonien… Jouons à autre chose…
Au niveau de la liste de lecture, ça se gâte.
« Girl, you know it’s true
Ooh, ooh, ooh, I love you
Yes, you know it’s true
Ooh, ooh, ooh, I love you
Girl, you know it’s true
My love is for you
Girl, you know it’s true, girl
Ooh, ooh, ooh, I love you
Yes, you know it’s true, girl
Ooh, ooh, ooh, I love you »
(trad à l’arrache : Fille, tu sais que c’est vrai, fille, ouh ouh ouh, je t’aimouh, oui tu sais que c’est vrai, ouh ouh ouh, je t’aimouh, fille tu sais que c’est vrai, mon amour est pour toi. Fille, tu sais que c’est vrai, fille, ouh ouh ouh, je t’aimouh, oui tu sais que c’est vrai, fille, ouh ouh ouh, je t’aimouh.)
(Girl you know it’s true. 1988. Mili Vanili.)
-Pu[bip] de bor[bip] de [bip] !
Double Estragon est la goutte qui fait déborder le vase. Ce « tape-les-tous » extrêmement retors, où l’on incarne un condiment rompu aux arts martiaux, consiste à avancer en se battant contre des lasagnes, des crudités, des sauces, des poissons, et des cornichons au vinaigre. L’intensité épileptique de la bataille a raison de la patience de Skeletor. Trop de kung-food tue le kung-food.
-Damnation, s’exclame Skeletor en relançant une partie, c’est vachement plus dur que les jeux de maintenant. Il faut tout faire d’une traite. Pas de sauvegarde, pas de continue infini… Je n’ai plus… la dextérité… ni la… patience… de mon… enfance… ET M[bip]!!!
L’énervement par contre, est toujours comme dans son enfance. De rage, il jette sa manette par terre.
-Grr… Je n’ai plus envie de jouer. De toute façon, c’est pour les bébés… Et le jeu triche… Faisons plutôt un truc d’adulte sérieux et responsable… Peut-être faire mumuse avec mes figurines en plastoc ? Nan. Je vais regarder les informations télévisuelles. Être au courant de ce qui se passe dans le monde, ça c’est convenable.
*zap*
« Eternia Info. Moins d’infox, plus d’into. Eternia Info, quasiment cristallin.
-Grogne dans le secteur du spectacle, dont les acteurs crient leur colère :
-Haa !
Voila. Ainsi que les restaurateurs
-Hii !
Aussi. Et plein d’autres.
-Ouh !
-Ah non, ça c’est Mili Vanili. La suite.
-Bonne nouvelle : les premiers zombies nés du vaccin anti-virus666 viennent d’apparaître, malheureusement ils ne sont pas cannibales, ils ne font que baver et pousser des caddies. Mais leur nombre augmente d’heure en heure, et on peut quand même s’amuser avec ! N’oubliez pas : visez la tête. À part ça, tout va bien, dormez braves gens.
Dans le reste de l’actualité, nouvel exploit de Conchita Hayabusa, qui malgré le virus, est parvenue à nettoyer en une nuit les 999 étages de la tour de bureaux où elle était employée pour un salaire de misère. « Était », car à la fin de sa performance, elle a trébuché sur une serpillière et s’est brisée la nuque dans la cage d’escalier. Au moins, plus de raison de s’inquiéter pour la retraite !
Et sinon l’info importante du jour : voici Bobo, l’incroyable phoque doué en calcul mental ! Capable d’effectuer des opérations à deux chiffres. Il a été convoqué par le Prince Adam aujourd’hui même :
-Alors Bobo, deux plus deux ?
-ouk ! ouk ! ouk ! ouk ! ouk !
-Bravo !
Le Prince songe à lui donner une place au gouvernement.
Ah ! nous venons de recevoir une dépêche de dernière minute : le chef multi-étoilé Forrest Ragon vient de se blesser au petit doigt en s’entraînant au kung-food avec un cornichon. Tout de suite, notre reportage exclusif…
*zapcouic*
-Euh… En fait, je crois que je vais faire encore de la console… Où est ma cartouche de « Genocide Park » ? Oh non, je me souviens, je l’ai prêté au Monstre ! Il est enfermé dans une cage au zoo princier… Je ne suis pas près de la revoir… Pfff, c’est la tuile, que faire quand on a rien à faire ? Une activité constructive ? Bah, ça aurait aussi peu d’intérêt que de raconter ma vie confinée en épisodes…
Pauvre Skeletor.
Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.