Chant Premier

 Dans L'Enfer de Dante

(Italie, 1321. Dante, poète, écrivain et homme politique en exil, né à Florence, a connu plus d’une mésaventure dans sa vie. Lors d´un voyage vers une destination inconnue , le voici qu’il se perd dans un bois…)

 

J’avais fait la moitié du trajet, et j’étais paumé depuis un bon moment, quand je me suis retrouvé au milieu d’une sombre forêt. J’en stresse encore rien que d’y repenser ! Ce serait dur de dire dans quel bois reculé j’étais. Ce qui est sûr, c’est que mon sort était  pire que la mort : mais il faut que je raconte ce que j’ai vu sur ces sentiers, des trucs de ouf qui méritent d’être rapportés. Je ne sais pas vraiment comment je me suis retrouvé là, j’étais dans le pâté ! Le trouillomètre à zéro, je suis passé par des gorges obscures, jusqu’ à arriver au pied d’une colline. J’ai levé les yeux. Le flanc du monticule était éclairé par le grand gps astral en train de se lever. Ça m’a réchauffé un peu, et comme un naufragé qui contemple la mer qui vient de le jeter sur un rivage, je regardais, épuisé , l’impressionnant amas de branches sauvages, où plein d’hommes avaient déjà dû se perdre. J’ai fait une courte halte, pour me reposer un brin, puis j’ ai attaqué à escalader cette falaise en ahanant, mais à peine arrivé en haut, je suis tombé nez à nez avec une panthère. La tachetée s’est jetée avec souplesse en travers du chemin, en grognant si bien que je me suis demandé si ce ne serait pas une bonne idée de détaler. Le jour se levait, le soleil montrait sa tête blonde à l’horizon, suivi d’un cortège d’étoiles, éclairant cette merveille qu’est la Terre. La belle saison, la douceur de l’aube, la robe colorée de la panthère, c’est bizarre, tout ça m’a fait me sentir étrangement confiant. Mais je n’ai pas fait le malin très longtemps. Un lion s’est amené, tête haute, air fier. L’atmosphère frémissait de ses ondes de tueur affamé. Il a été suivi d’une louve à la maigreur plus qu’éloquente : ça symbolisait la peur ancestrale des peuples pour la nature sauvage. Son regard funeste m’a tellement horrifié que j’ai abandonné illico tout projet de gravir cette colline. Comme celui qui se met à faire deux cents pompes d’affilée sur un coup de tête, mais qui bientôt s’épuise, je pantelais devant la bestiole. J’ai reculé en direction de la forêt. Soudain, alors que je dégringolais vers la nuit, un homme s’est dégagé des ténèbres, et est venu me voir. J’étais ravi de tomber sur quelqu’un dans cette solitude

-Pitié, je me suis écrié, je m’en fiche si vous êtes un fantôme ou réel, aidez-moi !

-Héhé, moi aussi, j’ai été mortel, mais je ne le suis plus, il a répondu. J’ai vécu en Italie, dans la Rome païenne, à l’époque de la fin de Jules César, et sous le puissant empereur Auguste. Mantoue représente, t’as vu. C’est moi qui ai écrit la chanson sur Anchise, quand il revient de Troie en train de brûler. Mais, et toi, pourquoi tu t’enfonces dans cette vallée de larmes ? Pourquoi tu ne grimpes pas plutôt  ? Ce serait mieux, non ?

J’ hallucinais :

-Ce… Ce… C’est vous, V… V… Virgile ! Le poète ultra-célèbre ! Vous êtes le plus fort ! C’est grâce à vous que j’ai appris à aimer la poésie, et à en écrire des qui claquent. Vous êtes ma plus grosse influence ! Euh… Mais bon, là, vous voudriez pas me tendre la main et me venir en aide, Maître ? Je me sens défaillir de frousse, j’ai trop peur !

-Aïe, ne pleure pas, fils, il a dit en voyant que je paniquais, tu devrais partir d’ici, la louve garde le chemin, et elle bute quiconque tente de forcer le passage. Elle ne sait pas ce que c’est que la pitié. Pire, plus elle mange, plus elle a faim. Elle se tape tous les animaux qui passent à sa portée , ça la rend plus forte à chaque fois. Fais gaffe, donc. Mais t ‘inquiète, un beau jour, il est prévu qu’un lévrier vienne la dessouder. Un clebs juste et intègre, né dans les champs de Fletro. Il chassera cette sale bête de ce pays pour qui tant de héros sont morts. C’est dingue, non ? Il la renverra dans les enfers d’où elle est venue, ouep. On dit que c’est l’envie qui l’a fait sortir… Bref, si ça t’importe de survivre, cales ton pas sur le mien, mec, et je t’emmènerai vers un lieu où le temps n’existe plus. Tu y entendras des gens qui hurlent pour qu’on les tue une nouvelle fois, tu y verras des trucs barrés en plein : des anges rebelles, ou encore des âmes heureuses malgré les tortures, qui espèrent aller au ciel. Là, par contre, quand on y sera, faudra que je passe le relais à quelqu’un d’autre. Le Big Boss ne m’y laisse pas entrer, car de mon vivant, je ne savais pas qu’Il existait ! C’est là qu’il crèche  : t’es un veinard si tu as accès à son carre V I P.

-Oh super Poète ! Je t’en supplie, guides-moi vers cet au-delà dont tu ne connaissais pas le patron, et tires-moi de ce nid de guêpes ! J’aimerais trop voir les portes du Paradis, saint Pierre, et tout et tout !

Le fantôme a démarré. Je me suis mis à le suivre…

Articles recommandés

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.