Texte à l’arrache 21

 Dans Corgi Foncier, Textes à l'arrache

Le Corgi foncier draine l’argent du contribuable grâce à son corps de saucisse qui bloque les courants d’air. Un boudin de porte est une invention formidable, pourquoi ne pas dresser les chiens longs à boucher les dessous d’ouverture à la demande ? Ces pauvres bêtes ne demandent qu’a servir. Autrefois, toutes avaient une fonction : chiens de berger, chiens de chasse, chiens de trait, chiens de punk, chiens de fusil, chiens de faïence, etc. Les machines de l’époque étaient des êtres vivant, et c’est certainement beaucoup plus sage de se servir d’elles que des appareils en ferraille. L’animal nous limite, mais nous fait rester à échelle humaine, pas plus haut que le dernier barreau. On est donc en harmonie avec la nature. La machine surproduit, dérègle l’équilibre de l’univers, en ajoutant des choses en trop. C’est une forme de tricherie, et celui qui découvre la triche en est rarement content. Il a même souvent tendance à mettre son poing dans la figure du tricheur. Le corgi foncier, puisqu’il faut en revenir au sujet, est un chien financier, comme son nom l’indique. Au lieu d’une vilaine banque qui crée de l’argent qui n’existe pas, le corgi foncier CAGUE le flouze, mais seulement si on lui fourgue à manger du pognon. Si on lui donne des pièces, il en fera des billets correspondant à la somme totale ingurgitée, si on lui donne des billets, il déféquera la valeur en petite monnaie, au centime prêt. L’avantage est visible : le corgi foncier n’invente pas l’argent, il se contente de le transformer. On a la une économie saine, indexée sur sa propre valeur, et remise à sa place d’un point de vue moral : Le fric, c’est de la merde.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.