La Guinguette Sonore 5, samedi 3 septembre 2022 :

 Dans Chroniques de concert

« Pour faire une chronique de concert-qu’on-a-pas-vu réussie, n’oubliez pas de mettre un doigt de curcumin dans votre mélange peyotl-cannabis. Allumez, inspirez. Une fois sur le plan astral désiré, suivez les mollusques et les clebards, direction Miramas, la cité cyclopéenne aux rascasses non euclidiennes. Tournez à droite au rond-point, entrez dans la cave à vins, celle avec un écriteau au dessus de la porte qui dit « Domaine du vieux Sulauze, guinguette sonore 5eme édition ». Rendez-vous à la buvette, commandez du jus de crabe jusqu’au 7eme niveau. Les spectateurs doivent ressembler à des hamsters en perdition. Le sol s’écarte, c’est normal. La scène émerge comme un monolithe recouvert d’algues ancestrales. Les arapedes collées dessus s’ouvrent, en sortent des hippocampes à guitares, à batterie, à clavier. La lumière devient rouge et bleue.

Voilà Glitch. Constatez que les hippocampes ont un problème : il n’ont pas de mains, pourtant ils jouent très bien. Admettez que leurs nageoires sont très agiles. Profitez des vagues à l’âme et nagez de façon saccadée, triste, et froide. Pendant le changement de plateau, remontez à la surface, profitez du psychédélisme provençal, regardez la nuit et les nuages pleins de gouttes. Redescendez. Engloutissez du jus de crabe jusqu’à apercevoir des tentacules. Des spots violets s’allument. 

Spirit Bomb descendent du plafond à cheval sur des députés régionaux. Sautez sur place. Prenez vous des coins de riffs dans les yeux, le ventre et l’aine. Moquez vous de l’aspect obséquieux des députés. Lancez leur des cannettes de jus de crabe vides dans la figure. Appréciez avec la bande son. Vérifiez que les musiciens finissent leur show en douceur. Soyez témoin que Aix-en-Provock distribue des flyers pour son festos qui arrive bientôt. Discutez avec quelques hamsters de la conjoncture. Dites qu’il fait chaud. Dites qu’il n’y a plus de saison. Encouragez les à mordre. Sentez vous seul. Regardez les partir. Faites un tour aux toilettes, constatez qu’il y pleut. Ne léchez pas la cuvette pour ne pas contracter la vérole de la favouille. Entendez les coins-coins. Les couleurs bleues canards arrivent en escadrilles resserrées. 

Les têtes d’Oslo Tropiques, suspendues à de longs cous en provenance des coulisses, s’enroulent sur les pieds de guitares, les micros et les fûts. Avalez un tonneau de jus de crabe jusqu’au douzième niveau, écoutez le chant gracieux des lamantins. Dégustez avec une pointe de col de chemise. 

Mettez votre temps libre à profit pour aider les bergers à amener Fabulous Sheep sur scène, puis faites passez le leader par dessus bord. Sautez avec les autres dans la mer de fil barbelés. Dansez comme si vous alliez vous trancher les artères. Noyez vous dans la sueur indigo avec les autres. Un fois fait, assimilez encore un peu de jus de crabe jusqu’à ce que votre palais ait la saveur d’un jeu sous ms-dos. Saluez Gina. Embrassez la. Comtemplez l’état de vos actes, puis mettez les en compétition avec Rival Karma. Des que ca sent le jaune, restez en phase. Tortillez vous lentement comme un linguini dans l’eau bénite. 

Vos contortions devraient faire apparaître Bachir Al Acid à dos d’aspirateurs. Ils descendent du ciel comme des petits papas nouels, des souliers par miliers et dans leur poches les excédents de C4 de Palmyre. Calmez le jeu sur le jus de crabe. Dansez le disco. Aimez leur look. Carressez quelques tentacules dans le creux des ventouses. Montez sur scène. Slammez en criant « vive le rock libre, bande de batards ». Ramassez vous, n’oubliez pas vos dents. Remerciez chaleureusement le poulpe afro pour cette excellente soirée, souhaitez lui bien de la veine et des litres de volonté de fer pour continuer l’aventure. Quittez les lieux, réintégrez votre corps. Prenez quatorze doliprane. 

Et voila ! »

(photo pire by Gina Bortolazzo)

Articles récents
Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.