Skeletor, épisode final de saison

 Dans Skeletor confiné

-Non Musclor, pas sur la bouche, nooon !!!

*musique de la Dance Macabre*

Sauvé par le gong. Au moment où, pour la énième fois dans un énième cauchemar, le protecteur d’Eternia allait lui rouler une pelle bien goulue, Skeletor est extirpé de son sommeil par la sonnerie du téléphone.

-Mmmgnn gnallo… Oui vous me dérangez. Non, je ne veux pas souscrire à un nouveau forfait ! Tudju !

Lancé contre le mur, le téléphone s’éparpille en bruine de plastique.

-Grmblblbl, on peut plus hiberner tranquille dans ce pays…

Comme à chaque fin d’ère orbitale, en effet, le Terrible Tyran plonge en catalepsie, pour ne se réveiller qu’aux beaux jours. Les massacres sont toujours plus gais au printemps. L’affreux méchant s’approche de sa fenêtre, et tire le rideau. Un épais manteau de phoques recouvre le sol et les toits :

*Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!*

-Oula, mais j’ai pioncé combien de temps ? On est déjà de retour à la saison des phoques-moines… Seigneur Belzemouk, j’ai dormi trop longtemps ! Pour une fois que je pouvais me tourner les pouces… Mmm c’est étrange, la couche de phoques est vraiment, vraiment grande. La voirie n’est pas passée avec les chasses-phoques ? Il n’y a personne… On dirait que je ne suis pas le seul à hiberner… C’est angoissant ce silence…
-Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!Ouk!
-Ouais bon, ´façon de parler… Où sont les eterniens ?

Les entrailles nouées, Skeletor se saisit de son bâton de Havok, sceptre aux pouvoirs rocambolesques.

-Panthor, je m’absente une minute…

Sur le dos, les quatres fers en l’air, la panthère ronque de toutes ses forces. À l’extérieur, c’est si dépeuplé que lorsque il touche le trottoir, Skeletor a l’impression de passer dans une autre pièce de son appartement-repaire. Dans les phoques jusqu’aux genoux, le funky funeste progresse avec peine.

-Gnnn ! C’est un calvaire avec tout ces machins palmés !

-Ouk!

-?

-*smooch!*

Pendant qu’il pataugeait dans la graisse de mammifères marins, Skeletor est tombé os nasal à truffe avec un petit phoqouillon, qui d’un air enamouré, vient de lui lécher la poire.

-Pouah ! C’est répugnant !

-Ouk!

Séduit, l’animal se met à suivre le Gros Bleu Douloureux.

-Mais tu vas te barrer, ineptie natatoire ! *ouk!* Grrr… Oh punaise, il n’y que des phoques à perte de vue… Gasp ! Il n’y plus d’eterniens nulle part ! Mon diable, c’est la fin du moooonde, hiiiiiiii !!! Non, reprend-toi, Skeul, respire, reste rationnel. Le coup de téléphone qui m’a réveillé tout à l’heure, c’était bien un être vivant au bout du fil… Oui, mais, c’était peut-être un message automatique avec une voix enregistrée, qui s’est déclenché de manière aléatoire… Mais oui, c’est comme ça depuis l’excommunication des téléprospecteurs. Enfer, alors… Ça veut dire que… Je suis le seul survivant !!! AAAHHH ! AU SECOURS ! MAMAN !!! Ah ben tiens non, il y a quelqu’un là bas…

Skeletor ne se trompe pas, il y a bien un gueux lambda qui se faufile dans la rue, comme un rat dans une chatterie. À pas de loup, le Vicieux Virtuose s’approche de sa proie.

-Ouk!
-Tais-toi et arrête de me coller, stupide engeance aquatique !
-Haa ! Skeletor !

Heureusement, avant que le drôle ait le temps de s’enfuir, Skully le saisit au collet et le soulève du sol.

-Hiiii !
-Hola l’anonyme, au lieu de couiner, dis moi plutôt ce qu’il se passe, ou je te patafiole.
-Que désirez-vous que je vous narre Ô grand maitre du mal ?
-J’aime ta façon de parler, vermisseau. Raconte moi tout depuis le début.
-Euh, et bien… Au début, il n’y avait rien, puis il y a eu une énorme explosion cosmique. Des millions d’ères orbitales plus tard, une météorite pleine de micro-organismes unicellulaires s’est écrasée sur Eternia qui venait tout juste de se faire une atmosphère, et la vie à commencé. Il y eu d’abord des zamibes à poils laineux, puis des gougnafmoutes à faux chambranle…
-Mais non, andouille, je m’en fiche de tes gougnafmoutes, c’est la plus vieille blague du monde. Raconte moi pourquoi il n’y a plus personne en ville à part des phoques libidineux.
-Ouk!
-Ah, d’accord… Tout à commencé au réveillon. Le Prince Adam a annoncé que l’ère orbitale qui venait de passer ne compterait pas. Il a ordonné la non-incrémentation de l’ère suivante. Ensuite, le grand chambellan John Castet et tous ses turlurons, ont dit qu’on avait trouvé un vaccin, mais même après qu’on soit tous piqués, ça a été interdit de se toucher, de se parler, de penser et de râler (mais alors, dans son coin). Ils disaient que c’était pour aider Eternia à assumer sa transition vers la phase tiers-mondiste solidaire et responsable, de façon citoyenne… Personne n’a rien compris, mais ça avait l’air très important. L’impératif, c’était qu’on ait peur de toute formes de miasmes, alors on a eu peur, une peur terrible, irrationnelle. Le port du masque intégral est devenu indispensable, et le travail télépathique obligatoire, même pour les boulots manuels. On vit tous en pyjama ! La société a plongé dans une sorte de néo-obscurantisme scientifique, si si, c’est possible. Ajoutez à ça une scenarisation subconsciente du quotidien, et le Prince n’avait plus qu’à annoncer à l’avance ce qui allait se passer pour que ça passe… A l’aide de l’hyperconnection, une réalité alternative s’est formée. Deux écoles de cinéma sont apparues : celle où personne n’était masqué, (ce qui dehors, n’existait plus) et celle où tout le monde était masqué, même dans les péplums et autres films historiques. La mode burka a connu un succès sans précédent, les chanteurs ringards se sont mis à vendre des recueils de poésies affreuses, et globalement, on a caché des pans entier du savoir. Les eterniens sont devenus des créatures sans visage, le plus petit avis divergent est taxé d’irresponsabilité, d’égoïsme, et de terroriste. Ceux qui n’ont pas été pris à l’extérieur, ou massacrés, comme à Saint-Cierge-Sous-Le-Cheddar, ont été engeolé pour avoir fait la fête à plus de deux lors du réveillon de la nouvelle ère orbitale. La vie est devenue un cul de chouette dément, un jeu de carte insensé dont les règles tiennent dans dix volumes. Et le régulateur a fait en sorte que quelle que soit les contorsions que puisse tenter le joueur, il ne puisse pas échapper à son sort de perdant…
-C’est plutôt cool je trouve… Mais quand tous cela est-il arrivé ?
-Ben, avant-hier.
-AVANT-HIER ?! Peste, je n’ai pas beaucoup dormi, en fait…
-Pitié, monsieur Skeletor, délivrez-nous, on est tous très malheureux et prisonniers. Tout est responsable, solidaire et citoyen, on en peut pluuuu*foutch!*
-Il m’ennuie celui là… Bon, très bien, parfait, c’est le désespoir… Ah mais non, diantre ! Si tout le monde est malheureux, comment je bosse moi ? Maudits affameurs de l’état! Ils m’ont pris mon travail ! NOOOONN !!!
-Ouk!

Pauvre Skele*smack!*

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.