Chant Douzième

 Dans L'Enfer de Dante

(Résumé : Parcourant les enfers, contemplant les pires tortures et les plus horribles punitions, Dante, avec son guide Virgile, brave les dangers pour retrouver sa douce Béatrice. Dans le chant précédent, cachés derrière un couvercle de tombe, Virgile a fait un petit cours de philosophie à son fan numéro un, pour lui expliquer le programme avant d’affronter la puanteur du cercle labyrinthique prochain :  celui des violents. Maintenant, il faut y aller. Comment cela va-t-il se passer pour nos deux pikachus ?)

 

 

Ca a été méga-chaud pour descendre, en fait. Il y a eu un tremblement de terre terrible, grave de grave. Un éboulement géant de la paroi a suivi, ça m’a rappelé un fleuve de par chez nous, l’Agide. Un jour, il est sorti de son lit, tout s’est écroulé, et ça a été un bouleversement si dingue que tout le panorama en a été changé. Ben là, c’était pareil. Sauf que les pierres, en s’amoncelant, ont crée un escalier naturel, jusqu’en bas du ravin, et il a fallu qu’on crapahute comme des puces boiteuses de caillou en caillou. Pire, pendant le parcours, on est tombé nez à mufle avec l’homme que sa mère avait conçu, en se planquant dans une vache en bois, pour se faire olé-olé par un taureau : l’horrible minotaure, la honte des Crétois  Dès qu’il nous a vu, il s’est mordu lui même, comme dévoré de colère en dedans. Virgile a beuglé (gag) :

-La purée de tes intestins maudits de biftek à la sauce grecque ! Tu crois qu’on est le roi d’Athènes ou quoi ? C’est ça, on va te remettre à mort, crétin crétois ! Allez ouste, la vache folle, pshh pshh ! Le ptit gars à mes cotés n’est pas un rencard de ta soeur Arianne, il vient juste regarder vos peines, ok ?

A ces mots, le Minotaure a eu l’air libéré, comme un boeuf qui s’echappe juste après s’être pris le coup de masse sur la tronche. Il allait de ci, de là, sans vraiment savoir, en sautillant.

-Vite, profites-en petit, profite ! Il est en furie, c’est le moment de descendre, tchic-tchic à trois face ! Cria mon Maitre, strategique.

On a cavalé par l’éboulement de pierre, enfin, si on peut appeler ça cavaler. Les pierres glissaient sous notre poids. J’avançais, concentré et pensif, quand Virgile a reprit :

-Tu penses à l’endroit où nous sommes passés quand j’ai fait fuir l’autre prion colérique, je parie ? Tout est en ruine. Pourtant, la dernière fois que je suis venu par ici, la roche ne s’était pas encore écroulée, tu sais. Je pense que c’est lorsque Djizus est venu chercher les justes qui stagnaient dans les Limbes. Ce jour là, ça a tellement secoué  dans cette maudite vallée puante, la vérité ca sentait l’Amour dans tout l’univers. Un truc énorme, aux dimensions cataclysmiques, de celles qui effacent toutes formes de vie sur terre, comme certains le croient. Le Grand Coup de Chasse d’Eau Planétaire… C’est à ce moment que toute cette vieille pierre s’est effondrée, ici, et ailleurs, d’ailleurs. Mais tiens, regarde, pendant que j’cause… Voici le Lac de Sang. On y fait bouillir ceux qui ont été violents avec autrui.

Sale colère pourrie ! Sale avarice miteuse ! Elles nous titillent toute la vie, et voilà où on fini : dans un affreux bain… Pour l’eternité !!!

J’ai vu une fosse bien large, en forme d’arc de cercle, qui formait un rebord tout autour du gouffre, comme mon Guide avait dit. Le long de ce rebord, au bord du bord, il y avait une file de Centaures, bardés de flèches, occupés à faire la même chose que lorsqu’ils sont vivants : chasser.
Ils nous ont vu descendre, et ont tous freiné des quatres fers. Du groupe, trois se sont détachés. Ils étaient armé d’arcs et de poignards bien aiguisés.

-Hého, les deux alpinistes ! Vous venez pour quel supplice ? A crié l’un d’entre eux. Tirez-vous, sinon je vous tire !
-Toujours aussi bourrins, les Centaures, l’engueula mon Maître, fais-ça, et tu vas voir ce que va dire Chiron, ton patron.

Puis, me touchant du coude, il m’a dit, à part.

-Ce débilos s’appelle Nessus, il a piqué la meuf à Hercule, Déjanire. Pas besoin de te dire qu’il s’est fait défoncer par le gros. Il en est mort, mais a trouvé un moyen de se venger. Juste avant de mourir, il a dit à Déjanire de prendre de son sang, puis d’en asperger une tunique. Il lui a garanti que si Hercule la trompait un jour, elle n’avait qu’à lui donner la fringue, pour que monsieur testostérone reste fidèle. Bien sur, il a pas fallu attendre longtemps avant qu’Hercule s’excite sur une nouvelle fille, donc elle lui a donné la tunique. Mais, aïe, malheur, sitôt que mister H s’est passé le vêtement, ça c’est mis à lui bruler la peau ! Et plus il essayait de l’enlever, plus il s’arrachait la chair ! Pour finir, il s’est jeté au feu, Hercule.
-Ouha…
-Là, celui du milieu, le grand qui pose. C’est lui Chiron. Le babysitter d’Achille, entre autres… Immortel et intelligent. Pas comme les autres, le pauvre… Le dernier boloss, c’est Pholos. Idem, il a eu maille a partir avec Hercule, décidément, celui-là… Une baston de bar qui a mal tourné. Pour du pinard…

On s’est rapproché de ces bestiaux balèzes. De suite, Chiron à prit un trait, l’a encoché dans son arme, en repoussant sa barbe. Il avait une énorme bouche, en dessous.

-Hé, les gars, vous avez-vu ? Celui de derrière pousse la poussière en marchant. Il font pas ça les morts normalement, ils flottent, non ? Ils ont pas de pieds ? C’est bizarre, pourquoi ?

Pendant ce temps, Virgile s’était déjà faufilé tout prêt de lui, au niveau de la jonction entre la forme d’homme, et celle de cheval.

-Parce qu’il est vivant, couillon, et moi je suis son guide, seul personnel autorisé pour lui montrer l’enfer, voilà. Il est en mission, pas le temps de rigoler, sa cop’s Béatrice s’est arrétée de chanter pour me mandater, sur ta purée malade de lasagne torréfié. On est ni des voyous, ni des damnés. Tu te montrerais conciliant si tu nous prétais un de tes gars pour nous escorter jusqu’au gué, et porter le pioun-pioun ici présent derrière moi sur son dos, c’est dur-dur par ici, alors vu qu’il est de chair et de ta purée d’os, c’est fatiguant pour lui de faire toute cette trotte, capiche ?
-Toi, vas-y, a dit Chiron en s’adressant à Nessus, montre z’y le chemin, et si une autre bande vous arrête, tu les fait dégager.

Avec ce fidèle cortège diplomatique, on a continué de longer le bord de la fosse rouge bouillante. Les grands brulés poussaient des cris tout aussi grands. Il y en avait d’enfoncés jusqu’aux sourcils.

-Ce sont les tyrans accro au pillage et au sang, a dit Nessus, ici, on leur rend la monnaie de leur pièce, aucune pitié. Regardez, ici, rien moins qu’ Alexandre de Macedoine, messieurs, et ici, ce gros batard de Denys, qui a fait subir dix ans de souffrances à la Sicile. Ce vilain poilu au mono-sourcil, là… Azzzzzzzzolino, le vicaire de la mort de Trévise, et l’autre blondinet à coté, le marquis Obizzo d’Esti. Tellement horrible que son propre fils l’a étouffé…

-Tu ferais mieux d’écouter Nessus pour l’instant, m’a dit le Poète, que je regardais.

Le centaure, en effet, a poursuivi la visite guidée. Il nous a montré quelques-uns des brûlants, quasiment enfoncés jusqu’à la gorge, comme des piquets sortant du sang bouillant. Il en pointa un du doigt, qui était seul, à l’écart.

-Celui là c’est un assassin qui nous vient d’Angleterre, Guy of Stronghold. On a placé le coeur de la victime qu’il a percé dans Tower Bridge, c’est folklorique…

Pendant ce temps, d’autres victimes encore sortaient la tête, voir tout le buste, du lac de sang. J’en ai reconnu un paquet. Au fur et a mesure, le niveau d’hemoglobine baissait, jusqu’à ce qu’on arrive au gué, où on avait pied. On a traversé.

-Ici il y a de moins en moins de sang, dit le centaure, mais je t’assure que ça se creuse de plus en plus de l’autre coté. La bas, il y a d’autres tyrans qu’on s’occupe à faire couiner : Attila, Sextus Tarquin, comploteur à Rome, mais pas que. Ces nuisibles bandits de grands chemins qu’étaient Regnier de Cornetto et Regnier Pazzo, ils pleurent à jamais de douleur aussi…

Sur ces paroles, il a repassé le gué…

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.