Skeletor sent des pieds

 Dans Skeletor confiné

La nature semble renaitre. Par les interstices et les fissures, dans les trous du macadam et les bouches de caniveaux, des tiges vertes prennent leur envol, explosent en feuilles et en pétales multicolores. Les arbres penchent leurs cheveux hirsutes par dessus les murets, comme des têtes curieuses espionnant le printemps.

Une brusque brise les secoue, et soudain, un essaim d’oiseaux s’en enfuit, dans une détonation de pépiements et de battements d’ailes. En quelques instants, le nuage noir s’éparpille dans le ciel.

Attirées par ce vacarme, de grosses mouettes à l’air fâché viennent crier leur amertume de voir ainsi filer leur repas.

Contre les murs défraîchis des limaces bavent sur les tags, et si leurs messages brillent à nouveau, c’est grâce à la salive des gasteropodes.

Aux balcons moisissent des pancartes couvertes de messages de résistance au Virus. Leurs auteurs ont été vaporisés par Skeletor. Pas d’autre bruit que la respiration de tranquille de l’environnent

-Aaaaaaah… soupire le musclé squelette, accoudé au garde-fou de sa fenêtre, qu’est-ce que c’est bon ce calme… Snif-snif… Le vent amène une odeur , ca sent la menthe, les géraniums et la misère. Quel plaisir de regarder le temps passer…. Dommage seulement qu’on soit au printemps… C’est la saison des amours, et moi l’amour j’aime pas ca ! Heureusement qu’il n’y a plus tous ces attardés d’eterniens dans le coin… J’ai peut-être eu la main un peu lourde, m’enfin… C’est plus paisible… Un peu tristouille…Allons, soyons optimiste, ça faire baisser les prix de l’immobilier, il y en aura bientôt plein des tout frais, et il en reste encore quelques uns encore en vie à traquer. Pour le moment, ils ont encore peur de la nouvelle vague. Je ne les comprends pas, moi j’aime bien le cinéma d’auteur français, surtout les derniers Godard, les plus immondes, miam ! En tout cas, cette periode de maladie silencieuse me donne envie de jouer du SARSophone, mouhahahah je suis impayable !!! Oh, tiens,un pigeon qui roucoule, comme c’est mignon ! Chante, ça attire les citadins. Chante et fiente ! Fiente et fait revenir la vie eternienne… Afin que je la désintègre, mouhuhuhuhihihi… Mais quelle âme poétique ! Aaaaaaaaahhhhhh… Mmmmm…N’empêche quel contraste. Entre le calme du réel et l’agitation d’interniet. Les anonymes fameux qui se débattent comme des vermisseaux pour leurs quinze secondes de célébrité, les artistes profiteurs de guerre qui jouent leur salaire sur la peur civile, en se parant d’un voile de courage sponsorisé, rongé par les mites de l’hypocrisie, quelle gabégie, à l’échelle du cosmos, tout parait si vain et impermanent… Oula, faut que j’arrête de gamberger, je fais des phrases maintenant ! Oh, mais par Amon-Duül, qu’est-ce qui voila pas qui s’amène ? Vite !

Un joggeur vient de tourner au coin de la rue de Skeletor. En un clin d’oeil, celui-ci se terre derrière ses rideaux, et fait tomber une banderole par dessus la balustrade, sur laquelle un message est inscrit : « ICI, MASQUES GRATUITS »

-La ligne est lancé, il n’y a plus qu’à attendre que ça morde, se susurre à lui même le Fonctionnaire de la Fatalité, petit-petit !

Le sportif ne tarde pas à mordre à l’hameçon. Ayant reperé le signe, il s’approche sous la fenêtre, et demande timidement :

-C’est bien ici pour les masques gratuits ?

-OUI !!! rugit Skeletor en surgissant tel un diable hors de sa boite, et en reversant le contenu d’un chaudron rempli d’huile bouillante sur le râble du pauvre eternien.

-MOUHAHAHAHA, FOND, FORREST, FOND !!!

Poli, le coureur s’exécute, et en une fraction de seconde, se dissous en une bouillie fulminatoire et agonisante.

-Hahahahaha, se rengorge le Maître du Mal, fond sous la puissance de Skeletor !!!!

-Oouuuuh, Skeletor tête de mort ! Queue de castor, face de porc ! couinent soudain des voix aiguës.

-Quoi ?!!! Qui a osé ?? Qui sont les insolents, où sont-ils ? Graaorr !

Sur le trottoir d’en face, deux galopins pointent Skeletor du doigt en riant comme des hamsters sous oxygène.

-Skeletor-y-pue-des-pieds, Skeletor-y-pue-des-pieds !!!

-Grrrrr !!! C’est même pas vrai ! Malédiction, mon bâton de Havok n’est pas à portée de main ! Attendez que je vous attrape, morveux !

-Pue-des-pieds, Pue-des-pieds ! Hihihihihihi !

Mais il est déjà trop tard, les ouistitis détalent en emportant leurs sarcasmes avec eux.

-Scrogneugneu, je me vengerai, sales mioches ! Non mais… Je pue des pieds moi ? N’importe quoi ! Hmmmm… Panthor !!! Panthor, viens ici ! Panthoufle ! Panthouflette !! Lààà… Allez, renifle les petons de papa, renifle, gentille panthère… Panthor ? Panthor ça va ? Ouhou ? Panthor ??? Panthor, répond, relève toi ! Panthor !!!

Pauvre Skeletor.

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.