en bas d’la rue

 Dans Poèmes

Poèsisme litteratoire en françouille minute-express :

En bas, au coin d’la rue, y a un enfant qui braille,
Dont les cris irritants m’arrachent à la stupeur
Où, sans interruption, je laisse filer les heures,
Attendant sans plaisir la fin de la bataille.
Je jette un œil dehors. Au milieu des ordures
Trépigne un jeune bambin, tout vibrant d’affliction
Et d’horrible colère. On ne sait la raison
Pourquoi couine l’enfant. Est-ce une blessure ?
Un caprice ? Un chagrin ? Un malvenu pipi ?
Le malheur, quel qu’il soit, sort toujours droit devant
Chez les gosses.Leurs poumons purs crient franchement,
Inadaptés qu’ils sont aux tracas de la vie.
Nous, adultes fourbes, sommes de vrais canailles,
On pleure de coté, pour qu’on n’voit pas nos failles.

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.