poème sous-marin

 Dans Poèmes

Grands poulpes vampires des abysses antarticques
Dans la froide nuit eternelle et liquide.
Animaux moches et blancs, à reflets acryliques,
Chauve-souris molles dans un ciel livide,
Volent silencieusement au dessus des terres
Pales. Tombeau enfoui de tous les mystères.
Nécropole inconnue d’indicibles fantômes.
Le silence absolu, plat, et sans arôme
des secrets dissolus de formes de vies aliens.
Monstres ici, êtres ailleurs, l’abysse est une bonde
Pour le monde qui veut se cacher du monde.
Des ruines recouvertes de stalagmites dures
Où Limaces et concombres ont pour refuge obscur
Un labyrinthe aveugle aux minotaures luisants,
Réserve naturelle de cauchemars gluants.
Jungles géantes pour des miliards de fleurs,
De méduses bénies qui ne savent pas les heures
Bercées dans les remous de la nuit infinie
Sans hier, sans demain, même sans aujourd’hui.
Dans ces ténèbres qui trouvera le kraken ?
Douze mètres discrets d’évidence introuvable
Aux crampons plantés dans les espoirs minables
De quelques savants fous en quête de gloriole,
Du monde moderne l’infame vitriol.
Derniers rêves fuyant les esprits scientifiques,
Éventreurs de songes, analystes avides
Des mollusques insensés, totalement allergiques
A la beauté des fonds, a la beauté du vide.
Le calamar géant se rit des vanités
Jamais, ô grand jamais, vous ne l’attraperez !

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.