L’Homme-Fleur

 Dans Poèmes

Effondré, à genoux face à la fleur étrange

L’homme-viande est happé. La corolle lui mange

Le visage. Dans la bouche le pistil entre

Jusqu’au cerveau et la tige noue son ventre.

Chair végétalisée, carne et méristème,

Partout dans son corps est un nouveau système.

De ses mains, il voit, de ses pores il entends,

De ses yeux il touche, de ses poumons il sent,

De son coeur il goûte l’univers tout entier.

Maintenant son désir est de s’enraciner,

Trouver la bonne terre où il se plantera

Et de ses racines profondes, il pensera,

Un et plusieurs à la fois, en télépathie

Avec les autres fleurs, gigantesque pythie

Cosmique. Or en ce temps-là, il sera trois :

Homme, plante et monde. Son bulbe s’ouvrira,

Terrifié des herbivores et des désherbants.

L’homme-fleur au sexe de femme malgré ces tourments,

Laissera son pollen aux vents, aux mellifères,

Avant de se flétrir au chant froid de l’hiver.

 

(illustration : JVDEX)

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.