Courte courte histoire n°2

 Dans Courtes courtes histoires

Fantôme des Télécoms.

La cabine téléphonique à l’angle de la rue Pierre Laurent et de la rue de Lodi (Marseille, France) est hantée. Par un fantôme que l’on nomme Gaétan.

Gaétan était pizzaïolo avant de mourir horriblement dans la cabine, il y dix ou onze ans. Il se prit les pieds dans le fil du combiné, et on ne sait par quel stratagème (probablement en essayant de se dépatouiller du tuyau à paroles) tomba bouche ouverte sur le comptoir en métal. Les pompiers, qui durent faire sauter les dents du haut avec un marteau et un burin pour désincarcérer le corps, déclarèrent n’avoir jamais vu une tête éclatée de cette façon. Il notèrent dans leur rapport (non sans un certain humour) que le crâne de la victime « avait tout du bandonéon écrasé par un piano ».

Depuis ce trépas joli, Gaétan est le fantôme officiellement affecté à cette cabine téléphonique. Tous les soirs à minuit, il prend son service, et reste là jusqu’à ce que les premières lueurs de l’aube le dissolvent.

Gaétan adore son métier. Il s’agit de ficher une trouille bleue aux utilisateurs nocturnes qui ont le malheur de franchir la porte en verre. Un de ses trucs préférés consiste à faire croire que la cabine se remplit de sang, comme un aquarium plein de grenadine. Le niveau monte tout doucement, la porte est coincée, le client panique, se fait pipi dessus. Quand le pauvre en est à implorer sa mère, son père, ses frères, ses soeurs, le bonheur perdu et tout ses ancêtres, Gaétan fait tout disparaître d’un coup, pouf. L’infortuné humide s’enfuit dans la nuit en courant, tandis que le fantôme se tient les côtes de rire.

Quand il se sent moins d’attaque, Gaétan aime bien faire apparaître sa tronche de Michel Galabru édentée sur la tablette , comme un fromage de tête gore (ça lui coûte moins en énergie télékinétique*), et crier « BOUH! » très fort. Généralement, ça suffit à faire sauter la moumoute du crâne, même quand la victime n’en a pas.

Le jour venu, Gaétan est automatiquement siphonné au central des HP (Harceleurs Paranormaux), division des morts absurdes, section placards,coffres et lieux humides.Il s’assoit à son bureau, chausse ses lorgnons et rempli ses formulaires de hanting (on aime bien les anglicismes dans l’administration de l’au-delà) où il note le nom des terrorisés, le mode d’épouvante (effroi tétanisant, incontinence panique, blanchiment capillaire, etc.) et l’heure de l’intervention. Ensuite, il enlève ses lunettes, va boire un café à la machine, échange quelques blagues avec les collègues puis rentre chez lui pétrir une bonne pizza crisantemo.

Chaque année, il se rend à la convention internationale des fantômes, ou on remet le prix du meilleur effrayeur, le Terrorizer Trophy. Il suit régulièrement des stages de mise à niveau, avec ateliers et forums de discussion (la dernière fois, on lui a appris comment faire des animaux ballons avec son intestin grêle).

Avec l’avènement du portable, les cabines téléphoniques sont de moins en moins utilisées. La sienne est régulièrement mise à sac. Le poste est arraché, l’écran à cristaux liquides défoncé, les vitres sont brisées ou couvertes d’affiches pour des concerts à 3€ et des séminaires scientologues. Sans personne à effrayer, Gaétan tremble à l’idée d’être muté dans un château écossais mal chauffé.

(*Energie Télékinétique: Carburant paranormal, non prouvé scientifiquement, qui permet de rendre les choses gravement irréelles. C’est ainsi que le fantôme moyen traverse les murs ou que Gaétan peut transformer un combiné homologué par France Telecom en cobra royal. Les spectres se rechargent en buvant de l’éther et, depuis une centaine d’années, en regardant de vieux films d’horreur en noir et blanc.)

Articles récents

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.