Chant Vingtième

 Dans L'Enfer de Dante

(Résumé : Le Malebolge, le huitième cercle, est un complexe qui fait fricasser les fraudeurs de tout poil. Après avoir croisé des papes en feu coincés dans des soupapes, où Dante a été confondu avec quelqu’un d’autre par l’un des châtiés, notre ami, toujours guidé par Virgile, passe à une autre partie du camembert infernal. Que vont y voir nos deux calamars ?)

Maintenant, il faut que je fasse des phrases pour parler d’un nouveau supplice : ce sera le sujet du vingtième couplet de ma première chanson , celle consacrée aux enfers. Mais reprenons :

Je me suis senti d’attaque, alors j’ai regardé le fond, qui était visible maintenant. Il s’en dégageait une atmosphère angoissante, baignée de pleurs. Par delà l’enceinte ronde, j’ai vu venir des gens muets, les joues inondées de larmes, marchant à la vitesse d’une procession funèbre. C’était les devins. Quelle surprise quand j’ai pu mieux les discerner ! Une puissance ironique leur avait retourné la partie supérieure du corps à cent quatre-vingt degrés, du buste au crâne compris, ce qui fait que, la visage dans le mauvais sens, ils étaient obligés de marcher à reculons, incapables de voir devant. De les voir ainsi plus ou moins contorsionnés, je me suis dit qu’il devait y en avoir avec la tête littéralement dans le cul, mais je n’en ai vu aucun comme ça. Dommage, ça se trouve, il n’y en a pas. Ami.e.s lecteur.ice.s, je t’en prie, garde ton sang-froid, et tire les bonnes conclusions de ces lignes. J’ai vu de près ces personnes horriblement déformées, le boule inondé de pleurs. Moi aussi, j’ai pleuré, c’était trop affligeant à voir… Il a fallu que je m’appuie contre un rocher.

-Aïe, pequeño, a dit mon Guide, qu’est-ce que tu fais ? Tu te prends pour un de ces gonzes ? N’aie pas pitié, mon fils. La seule pitié pour ceux-là, c’est de ne pas en avoir. Si tu en as, c’est comme si tu t’opposait à leur punition, mecton. Lève les yeux, vazy, lève les yeux, regarde celui-là, c’est qui lui, tu sais ? Amphiaraüs, à tes souhait, parfaitement, un roi qui a assiégé la ville de Thèbes, et qui était persuadé qu’il y mourrait, à cause des prédictions. Résultat ? La terre s’est ouverte sous ses pieds, et zou ! il s’est retrouvé direct ici. Ceux qui voyaient ça, ils disaient : « hé Amphibienmaousse, où tu vas ? Pourquoi tu te défiles ? » Badaboum, patatra, patatra, lui est descendu jusqu’en bas, jusqu’à Minos (ndt : voir chant cinquième) qui l’a chopé façon chipolata, si tu vois c’que je veux dire… Héhé, mate, sa face pile est devenue sa face face, huhu. Il a trop voulu voir en avance, maintenant il ne peut plus que regarder en arrière et marcher à reculons, tss… Oh mais tiens ! Voila Tiresias. Un autre clairvoyant, célèbre pour avoir inventé le réptilisme transgenre… Renseigne toi… Et là, adossé à son ventre… Purée… C’est Arons, augure toscan de profession. Il créchait pas loin de Carrare, dans une grotte à proximité des carrières de marbre de Luni. C’était un endroit avec une vue imprenable, parfait pour voir les étoiles et la mer… Hé, mate-ça ! La nana en train de se cacher les tétés avec ses tresses ! Bah, en même temps, tu rates rien : elle est toute poilue. C’est Manto, mais pas de fourrure pfffrrr…. Je déconne, Manto, c’est bien son nom. C’est une devineresse qui avait la bougeotte. Après la mort de son daron, elle a erré de part le monde. Oh, écoute-moi : il parait qu’elle s’est faite troncher par un fleuve, petit, la vérité, UN FLEUVE ! Tch’y hallucine pas ? Elle venait de Thèbes, la ville de Bacchus, le dieu du pinard. Elle est partie de la Grèce jusqu’en Italie, jusqu’au lac Benaco, un tout mignon plan d’eau au pied des Alpes, près de la frontière avec l’Allemagne et le Tyrol, lalalahouli. De ce lac partent plus de milles sources, qui alimentent tout le pays entre Garda et Val Camonica, même les Apennins! Bon, là je te fais la carte postale, mais t’imagines pas comme c’est beau, la vérité ! Les curés de Trente, Brescia, et Vérone, à proximité, devraient aller vers ses rives pour bénir tout ça, m’enfin, faudrait déjà qu’ils en prennent le chemin… Visualise : sur le côté où la rive descend le plus, il y a la commune de Peschiera. C’est un magnifique rempart naturel contre les envahisseurs de Bergame et de Brescia. Là, le Benaco déborde, et se mets à dévaler à travers les prairies toutes vertes. On appelle ce nouveau cours d’eau  le Mincio. Quand il arrive à Governo, il tombe dans le Pô. Au début de ce parcours, il y a une plaine basse et plate. L’eau s’y répand et forme un marécage. En été, c’est dangereux, mais ça nous ramène à cette Manto dont je parlais. A cet endroit, cette vierge folle y a quand même trouvé un endroit désert et suffisamment sec. Elle aimait la solitude, alors, elle s’est installée là avec ses serviteurs. Elle y a pratiqué son art divinatoire jusqu’à la fin de ses jours. Ensuite, la population éparpillée autour s’est installée dans ce coin, malgré le bourbier qui le cernait, ils ont bâti une ville sur les ossements de la fille, et en son honneur, ils ont baptisé ce lieu Mantoue. Poilant, n’est-ce pas ? Hihihi. C’était plus peuplé avant que le sieur Pinamonte en zigouille une bonne partie… Tu te demandes peut-être pourquoi je te raconte tout ça ? Pour te faire réviser ta géographie. Blague à part, c’est parce que c’est ma terre natale, mon fils, et je ne veux pas que tu puisse croire les éventuelles carabistouilles qu’on pourrait te raconter. Il y a tellement de malveillants…
-N’ayez aucune inquiétude, Maître, j’ai dit, quand vous parlez, je marche à fond, je bois vos paroles comme du petit lait, pendant que celles des autres ont un gout de beurre rance. Continuez plutôt de me décrire cette foule bizarrement constituée, dites-moi lesquels sont remarquables, ça m’intéresse grave !
-Ok, ok… Bon, alors… La grosse barbe là-bas. Pendant la guerre de Troie, quand il n’y avait plus d’hommes en Grèce, sinon les bébés au berceau, ce mec, Euripile, et son pote Calchas (ils étaient devins tous les deux) ont bien aidé le camp des grecs avec leurs prédictions. Je ne t’apprends rien, je l’ai écrit dans l’Énéide, que tu connais par cœur… L’autre à coté, le maigrichon. Il s’agit de Michel Scotto, très connaisseurs en fraudes magiques. Ca, c’est Guido Bonatti, astrologue, et lui, Asdente, savetier et merdologue également… Maintenant , il regrette de s’être occupé d’autre chose que de semelles et de lacets ! Mais c’est trop tard pour avoir des remords… Là, tu as des pauvres filles, des fileuses qui ont troqué le métier à tisser contre des boules de cristal, elles préparaient des charmes à partir de plantes et d’images… Purée ! Mais t’y a vu comme il est tard déjà ? La lune se lève. Heureusement qu’hier, elle était pleine, ça t’as permis de voir clair dans cette profonde forêt, hein ?

Et il m’a parlé comme ça, pendant qu’on marchait…

(Texte original : en italien, en français)

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.