Gros mots

 Dans Poèmes

Mais leve le nez de ta bière
et regarde le ciel !
tu veux le plaisir immédiat ?
Et bien masturbe toi,
la tristesse viendra vite
après ton faible orgasme
au bout de ta petite bite.
Ridicules fantasmes,
Débiles produits chimiques,
secrétions abjectes
sur nos cervelles apathiques
et esclaves
comme des chairs mortes
et suaves
Tout cela nous débecte
debectés de la haine
debectés de la peine
debectés de nous même
bêtes peureuses et traquées
dans les rues comme des fouines
rampantes et apeurés
par on ne sait quelles rapines
d’envie médiocre et immediate
mapolies comme
un doigt dans la chatte.
Oublie oublie bonhomme
Hier est terminé
Demain est un autre jour
à quoi bon s’embêter.
C’était pas mieux avant, c’est juste
qu’on a pas su retenir
ce qui etait juste.
Maintenant,
Que ce soit chiant de réfléchir
est une calamité .
achevez-moi, achevez-nous
et laissez nous pleurer
Ce Réseau de merde,
ne me fait plus rêver
´faut qu’j’arrache mon cortex
il est contaminé.
Mon ego aboli
ma patience enervée
ma liberté se vexe
de toutes ces conneries !

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.