Chant Trentième

 Dans L'Enfer de Dante

(Résumé : Le Malebolge, huitième cercle de l’enfer, c’est si grand qu’on y stagne un bon moment. Dante et son guide/maître/idole Virgile, actuellement dans la neuvième partie des lieux, passent un peu de temps à discuter avec des damnés très fiévreux. Quel nouvelles surprises attendent nos deux snorkys ?)

 

Hum,hum…

Fut un temps, la déesse Junon en avait gros contre les Thébains, et elle le montra plus d’une fois. C’était à cause de Sémélé, qui se mêlait de faire des trucs louche avec Zeus, le mari de la première. Bref, ça la fichait en rogne. Il y avait ce roi, Athamas. Elle l’a rendu fou, ainsi que sa femme, par pure mauvaise humeur. Le mec, persuadé qu’il était en train de chasser, il a fondu un boulon, il a chopé son fils Léarque, et lui a défoncé le crane sur une pierre, blah ! Son épouse a pas fait mieux : elle s’est jeté dans l’eau avec l’autre gosse, et bien sûr, ils ont péri noyé.

Fut un temps, après la défaite de Troie, durant la guerre du même nom, où la royauté et le royaume s’évaporèrent. La femme du roi perdant, qui s’appelait Hécube, misérable et prisonnière, trouva, sur la plage, le cadavre de son fils Polixène… Pire, elle tomba nez à nez avec l’assassin, Polydore. Là aussi, gros vrillage mental : folle de douleur, elle s’est mise à aboyer comme un chien, complètement forcenée.

Mais là, maintenant, tout de suite, c’était bien plus niqué du cerveau qu’a Thèbes ou à Troie. Carrément plus psychotique, carrément plus grave.

D’un coup, j’ai vu bondir deux monstres. Ils se mordaient en courant, ou couraient en se mordant, comme des porcs lorsqu’on ouvre leur enclos. Il y en a un qui a chopé Capocchio (ndt : voir le chant précédent) à la gorge. Ses dents étaient plantées si profondément dans son cou, que le pauvre perdu se faisait traîner le ventre par terre.

Griffolino d’Arrezzo est resté tout tremblant

-Ce… Ce… Ce truc, c’est Gianni Schicchi, le célèbre imitateur, il est enragé ! Il attaque les gens au hasard !

-Ohlala, j’espère qu’il ne va pas te croquer ! j’ai dit. Si ça ne t’épuises pas trop, tu peux me dire qui est l’autre monstre ?

-C’est une âme qui est là depuis longtemps : Myrrha. Elle était amoureuse de son père, et on ne peut pas dire qu’elle a réussi à dépasser son complexe d’Œdipe, sa mère le psy, quoi. Grace à un stratagème, elle est parvenue à ses fins. Elle s’est déguisé, et a réussi à tromper son daron, imagines la tête du mec quand il s’en est rendu compte…

J’ai regardé les deux fous furieux jusqu’à ce qu’ils disparaissent, ensuite, j’ai jeté un coup d’œil aux autres fracassés. J’en ai vu un qui avait une forme de guitare. Il avait un gros ventre, un loooong coup, et une toute petite tête. La déformation lui laissait la bouche ouverte, comme fait l’extrême déshydratation : une lèvre vers le menton, et l’autre relevée.

-Hé vous là, celui qui se balade dans cette désolation sans avoir l’air de souffrir (et je me demande bien pourquoi, d’ailleurs), il a dit, venez donc contempler la misère de maître Adam Brescian, faux-monnayeur, pour vous servir… De mon vivant, j’avais tout ce que je voulais, dorénavant, je pleurniche pour une goutte d’eau ! Sans arrêt, j’ai des visions des ruisseaux qui descendent des collines du Casentin jusque dans l’Arno, cette eau si douce, si calme, si fraîche, si… aqueuse… Ces pensées me font encore plus mal que le mal qui me creuse la face. Elle se venge bien comme il faut, la Justice. J’ai fabriqué de la fausse monnaie néerlandaise, alors on a cramé mon corps. Il parait qu’un de mes frangins est ici, en enfer, c’est ce que disent les âmes furibardes… Bah, comment je pourrais le retrouver, de toutes façons ? Je suis pieds et poings liés. Si j’étais assez léger, allez… Si je ne pouvais faire qu’un pas tous les cent ans, je me mettrais en route et j’irai le chercher au milieu de tous ces vilains zombies, quand bien même la bolge fait des dizaines de milliers de kilomètres en long et en large. C’est à cause de ma famille que j’ai appris à faire de faux florins à trois carats, non mais oh.

-Ah… J’ai commenté. Et, euhm, les deux à droite dans le coin, oui ceux en train de fumer de fièvre comme une crotte chaude en hiver, qui sont-ils ?

-Ils étaient déjà là quand je suis arrivé dans cette turne, a répondu mon interlocuteur. Pas une fois je les ai vu bouger… Et je pense pas qu’il bougeront jamais… La fille, elle a dénoncé son militaire de mari sur la base de fausses accusations, c’était une époque trouble… Le mec, c’est Sinon, le plus fourbe des grecs pendant la guerre de Troie. Ils ont une fièvre de cheval si forte qu’il sort d’eux cette fumée dégueulasse.

Ça a du énerver Sinon d’entendre parler de lui comme ça, il s’est levé, et a mis un coup de poing dans le gros bide de l’homme-guitare, qui a résonné comme un tambour. Maître Adam lui a répondu illico d’un gros pain dans la face.

-Ch’peux pt’et pas remuer les membres à cause du poids, mais ça, j’peux l’faire !

-T’étais pas si agile quand on t’a jeté au feu, par contre pour battre de la fausse monnaie, là y avait du monde !

-C’est pas faux, mais toi, t’étais pas aussi franc quand on t’a fait cracher la vérité, à Troie.

-Hééééé, j’ai peut-être menti, mais toi, t’as fait de la contrefaçon, c’est pire d’abord ! Et puis de toute façon, moi je suis la que pour un seul péché, alors que toi tu es la pour plein, t’es pire qu’un démon !

-Et le cheval, salopiot ! T’oublie le cheval de bois ! J’espère qu’on saura toujours que t’es responsable, sinon…

-Sinon ? Sinon, quoi ? Dit Sinon. Que la soif te crève la langue ! Que ton bide fasse une haie devant tes yeux !

-Ferme-la, ferme-laaaaaa ! Tu dis que de la bouse. J’ai peut-être soif et un gros bide, mais toi, tu es chaud comme une baraque à frites, avec une migraine de l’espace, en plus tu te la pètes plus que Narcisse.

J’étais en train d’observer la dispute, quand mon Maître m’a parlé d’un ton pas content

-Non mais regarde toi, la vérité. Chuis limite à t’engueuler, mon fils.

A ce moment là, je me suis retourné vers lui, il avait l’air si furax que je me complaise à écouter ça, que j’en ai eu une honte que je ressens encore aujourd’hui. J’ai balbutié, marmonné, mâchonné. Je me suis excusé mille fois, et bizarrement, j’ai eu l’impression que je ne le faisais pas. J’étais tellement gêné…

-Allez, ça va, c’est bon… a dit Virgile, c’est pas la fin du monde, pleure pas, tchya vu ? Juste, la prochaine fois, si tu tombes par hasard sur une nouvelle scène de ce genre, n’oublie pas que je suis près de toi. Tu connais le dicton ? « Vouloir ouïr, cela est un bas vouloir ».

(Texte original : en italien, en français)

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.