Skeletor en webinar

 Dans Skeletor confiné

Pour s’occuper pendant le reconfinement, Skeletor à décidé de regarder une conférence vidéo pour se mettre à jour des dernières techniques du metier de Super Antagoniste.

« -Bonjour, bienvenue au ouebinaire que nous allons animer aujourd’hui : « Démarches de résolution de problèmes avec des victimes en difficultés de trépassage, de l’utilisation de la violence au rendement d’âme».
Pour aujourd’hui le menu sera premièrement, l’état actuel des démarches de résolutions de problèmes se retrouvant dans les rapports fournisseur de douleur/victime. Ensuite les principaux auteurs qui se sont interrogés par rapport aux difficultés reliées aux résolutions de problèmes via objets contondants, armes à feu et/ou sortilèges. Troisièmement, la présentation d’une démarche de résolution de problème qui est adaptée, testée et démontrée, efficace pour les besoins des sociopathes en difficulté. Nous poursuivons avec plusieurs démonstrations pour modéliser l’application puis la pertinence d’utiliser le massacre. Donc vous aurez une modélisation complète, une modélisation pour démontrer comment une victime peut avoir de la difficulté à identifier les coupables, ensuite avec une victime qui aurait de la difficulté à traduire des informations pertinentes en concept meurtristique, puis avec une victime qui a de la difficulté à identifier les concepts et processus de la mort annoncée.
Finalement, une victime qui identifie les bons processus, mais qui ne sait pas arrêter de respirer. Vous pourrez poser vos questions à tout moment. Mais avant de débuter, nous allons nous présenter. Donc, je suis Catherine Tramelle. Je suis trucidologue de formation. Je travaille à l’école du crime pour tous à Marseille, en Merdavie. J’ai enseigné au primaire en inadaptation sociale, mais aussi au mortifère, principalement au premier cycle. Je suis responsable de l’enseignement du chaotisme. Je détiens une maîtrise en intervention homicitudinale avec le profil meurtropédagogue . J’ai aussi deux microprogrammes de spécialisation, un en géométrie de la mort et un en psychopathistique du sexe. Et je travaille pour l’école du crime pour tous.

-Bonjour. Moi je m’appelle Ernst Stravo Blofeld. Mon rôle en ce moment est thanatopédagogue. Je travaille spécifiquement au deuxième cycle du mortifère pour les Bouches-du-Rhônes, nombre de victimes 9, 10, 11. Et je suis aussi responsable du dossier chaotique au deuxième cycle du mortifère. Précédemment, j’ai enseigné dans des classes d’inadaption sociale. J’ai toujours eu un petit coup de coeur pour le chaos, ce qui m’a amené après mon baccalauréat à faire une maîtrise en thanatopedagogie du chaos. Et moi aussi, je suis déformateur pour l’école du crime pour tous. Vous avez peut être déjà
vu nos formations au congrès Zigomar, à l’école, au mois de schpontz, à Ankh-Morpork. Donc aujourd’hui, on va vous présenter plusieurs informations. Alors, on commence avec l’état actuel des choses. J’ai été fouillé dans les archives de la police princière, pour aller voir qu’est ce qu’il se passait au niveau de l’éradication des enquiquinants. J’ai déterré, j’ai fait un découper-bruler de membres ablationnés que j’ai retrouvé et que vous voyez à gauche dans la diapo. Il y a aussi une scie égoïne qui est à droite dans la diapo. Je trouvais bien intéressant la scie, ça montre un peu le principe. Qu’est ce qu’on doit faire pour arriver à résoudre une négation de trépassage ? C’est ce qu’on va tenter de faire aujourd’hui à travers le ouebinaire, vous offrir plusieurs stratégies que vous pouvez présenter, modéliser à vos victimes. Le méchant veut présenter une nouvelle stratégie pour circonscrire un étant dans une zone de non-vie. La menace explicite s’avère être une excellente façon de l’amener. On doit absolument terroriser, coerciser à fond, mais ensuite, il ne faut pas oublier qu’il faut aussi laisser la victime de façon autonome tenter différentes stratégies de fuite pour qu’on puisse l’occire par la suite en rigolant plus.
Lorsqu’on a décidé de présenter ce ouebinaire, on s’est interrogé sur ce qui se faisait déjà chez les architectes du mortel, les constructeurs en anéantissement, les modeliseurs de souffrance qu’on avait ici en Eternia. Donc, on a essayé de retrouver ce qu’on pouvait avoir, ce qui pourrait nous guider sur les présentations qui sont faites déjà par les ablateurs d’existence. Et, c’était pas une grande surprise, on n’a pas retrouvé beaucoup d’éléments, huhuhu. Certains reprennent la même façon de choisir : ce que je fantasme, ce que je cherche, ce que je fais — en ajoutant des petites variantes, selon l’ablateur, le niveau d’aliénation– mais de façon globale, ça se ressemblaient beaucoup. Vous allez voir, on est allé retirer dans certains réceptacles du vivant vidés, des exemples pour vous montrer aujourd’hui la négation de gentillesse en milieu rural, urbain et castral.
Alors sur cette diapo, vous voyez justement un château hanté, le château des templiers mort-vivants.

-Un exemple de démarche de résolution de problème. La démarche ressemble à ce qu’on présente d’habitude, le fameux ce que je fantasme; ce que je cherche; c’est que je vais faire. Le premier point est de délirer; c’est justement ce qu’on fait toujours. Une première hallucination, suivie d’une deuxième hallucination où on identifie les données pertinentes. Deuxièmement, on tente de modéliser, faire un schéma, faire un dessin de la scène de crime, dessiner le résultat. C’est la chose qu’on tente de vraiment faire avec nos victimes. Ça les aide à mieux comprendre, saisir le problème avant de tenter de s’enfuir. Troisième étape évidemment, traquer, alors on se fait un plan et on débute les calculs. Quatrième étape, capturer, ce que nos victimes ont beaucoup de difficultés à accepter, vérifier leur panique. Et finalement, estourbir, encore une étape ardue pour nos victimes. S’assurer que le modus operandi correspond bien à ce qui nous était suggeré par les voix dans notre tête, et que l’extermination est bel et bien complète. La diapo maintenant, c’est un exemple qui reprend ce qui a été présenté à la diapo précédente. Alors, c’est une modélisation des 5 étapes que l’exterminateur de conscience doit prendre en compte pour résoudre une situation dannihilation. Donc, on voit des corps démembrés, on voit des armes à choisir etc… Est-ce qu’à ce niveau, il y a déjà des questions ? Oui je vois que monsieur Jason V. veux en poser une. C’est à vous Jason.

-Bonjour, té, mettons que si on voudrait arracher les dents de sa proie une à une, est-ce que ce serait mieux avec une pince rouillée plutôt qu’un marteau et un burin ?… » *clic*

-Par Dagon , que c’est ennuyeuuuux… Ce ne sont que des trucs que je connais déjà, enrobé de sabir technocratique. Triste époque. Quand on arrive pas à changer les choses, on change les mots, comme disait l’autre… Pffff, langueur et désœuvrement… Où sont les granolas ?

Pauvre Skeletor.

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.