Skeletor dernière

 Dans Skeletor confiné
« …Dans le reste de l’actualité, reprise du championnat de pok’ol pok, le jeu de balle aztèque le plus populaire en Eternia. Maintenant que l’épidémie de Virus-666 est terminée, les sportifs ont repris l’entraînement. Chaque année, le pok’ol pok fait plusieurs millions de morts, à cause de la règle qui stipule que les perdants soient sacrifiés au dieu Tezcalipoca, toujours assoiffé « d’eau précieuse ». Les fans sont heureux.

« La fête du slip peut commencer ! » C’est ce qu’a déclaré très officiellement le grand chambellan Trevor Philippe, avant de descendre un pack de bière devant l’assemblée princière, de sniffer un jerrican d’essence, et de sauter par la fenêtre, en sous vêtements, tout en poussant des cris de pygargue affolé. Aussitôt, le peuple d’Eternia s’est rué sur les extérieurs, pour prendre d’assaut les estaminets, les troquets, les bars, les pubs, les bistrots, les civettes, les rades, les bouges, les auberges et les clubs de strip-tease. Le gouvernement recommande néanmoins de rester « parano mais presque ».

Nous concluons cette édition avec le chanteur Jean-Louis Daubère, qui va nous blatérer tel un chameau à poil laineux son dernier titre opportuniste, « c’est fini », sponsorisé par la lotion anti-tronche de calculette « Eau Précieuse ». « Eau Précieuse », l’élixir des dieux !

-Voilà, c’est fini
On a tant ressassé les mêmes comploteries
On s’est tellement tapé en espace confiné
Que voilà c’est fini
Trouve une autre narine petite morve perlée
Ne laisse pas trop couler de mucus bien salé
Car c’est fini, c’est fini
Voilà, c’est fini
On va s’traiter de batards comme sur le bord d’une mare
J’te dis seulement bonjour en t’montrant mon braquem*bip*
Voilà, c’est fini
Aujourd’hui ou demain c’est pas l’moment d’éternuer
Peut être après demain je finirai par m’moucher
Mais c’est fini, hum, c’est fini
J’ai fini par me dire qu’on allait tous mourir
Qu’il fallait mieux s’piquer afin d’se déchirer
J’ai fini par me dire que peut-être on va pourrir
Et que même si c’est con, et que ça sent pas bon
Tous les deux nous savons de marseille que j’ai plus d’rimes en « on »
Voilà, c’est fini
Ne sois jamais amère ou bien je *bip* ta mère
T’as eu c’que t’as voulu,
Même si c’était dans ton *biiiiipp*
Voilà, c’est fini
Nos deux mains se dilatent de s’être trop frappées
La foule nous exhorte à aller nous faire encu*bip biiibp biiiip*
C’est fini, hum c’est fini
Voilà, c’est fini
Je ne *bip* plus au *bippp* que ta *biiiipp biip* de grosse *biiiipbibibiiiiipp*
*BBBBIIIIIIIIIIPPPPPPPP !!!!*
Blaaaaaaahhh !!! »

*Click*

-Je suis si las, dit Skeletor en éteignant sa télé. Tout est reparti comme avant, Musclor est de retour… Finalement, j’étais bien quand tout le monde se terrait, maintenant je n’ai plus le courage d’essayer de m’emparer du Château des Ombres, c’est trop difficile avec mon équipe de bras cassés.

Le Seigneur du Chaos s’approche de son miroir-vortex. À l’aide du bâton de Havok, il exécute des passes occultes en prononçant une formule magique.

-AGADOU-DOU-DOU, POUSSLABANANÉMOULKAFÉ !!!

La surface du miroir se trouble, tel une flaque verticale, un tourbillon se forme et se met à tourner de plus en plus vite.

-Voila… Je part sur la planète Terre, en Alaska, pour persécuter les phoques. Au moins il ne suivent pas les informations. Cette planète ne peux pas être aussi debile que celle que je quitte. Eternia je te réfute. Allez viens Panthor…

-Groumpf.

L’homme crâne et son fauve entrent dans le miroir et disparaissent. Un instant plus tard, le bras de Skeletor en ressort.

-Je n’ai pas envie d’être suivi, pas question que je revienne !

Et d’un coup vif, son poing brise la surface réfléchissante, qui explose en mille morceaux. Il n’y a plus qu’un cadre vide et un bras bleu coupé. Ça y est ! Nos deux amis sont partis dans les couloirs du temps !

Bonne chance Skeletor !

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.