Courte courte histoire n°3

 Dans Courtes courtes histoires

Errances existentielles pour Coati-Man.

Coati-man se tient à quatre pattes sur une gargouille, et contemple la ville qui s’étale sous ses yeux comme une feuille de papier alu crasseuse. Il soupire. Sa carrière périclite. Plutôt, elle n’a jamais décollé.

Personne ne sait ce qu’est un coati. Les gens n’ont aucun problème pour identifier une chauve-souris ou une araignée, ou même un serval, mais personne, nom d’un petit bonhomme écrabouillé, ne sait ce qu’est un coati.

Coati (Nasua nasua) : carnivore procyonidé du genre nasua. Vit essentiellement dans les forêts d’Amérique du Sud et dans la partie méridionale de l’Amérique centrale. Animal à régime omnivore, au corps mince recouvert d’un pelage touffu marron gris, au museau pointu terminé par une petite trompe mobile, à la queue longue et annelée. Sa longueur varie de 80 à 140 cm, dont la moitié pour la queue. Il pèse jusqu’à 12 kg. Ses pattes sont terminées par de fortes griffes, capables de creuser le sol. Il se déplace aisément dans les arbres, et marche en posant complètement le pied à la manière d’un plantigrade.

Coati-man se demande si ça ne vient pas de son costume trop lâche en toile jaunâtre, qui ne fait pas vraiment (très) sérieux. Surtout la trompe, et aussi les petites oreilles du sommet de sa cagoule. Elles sont toutes molles et gigotent de façon grotesque quand il court, comme deux petites saucisses cocktails dégonflées. Il ne comprend pas comment les autres super héros font pour avoir des tenues si bien taillées. Lui, c’est sa maman qui lui a cousu. Il soupçonne les autres de se ravitailler chez les grands couturiers. Sacrés maudits bourgeois.

Par-dessus le marché, tout le monde le prend pour un raton laveur. Il a bien essayé de se promener avec une pancarte autour du cou, mais les gens l’ont pris pour un homme sandwich échappé d’un fast-food à mascotte. En plus, il y a déjà un Raton-laveur-man. Ce dernier l’a traîné en justice pour plagiat. 10 000€ d’amende.

Coati-man n’a encore sauvé personne, ébahi dégun. Les grand-mères partent en courant quand il veut les aider à traverser la route, les enfants lui jettent des pierres, les adultes se moque de sa ganache et de son gros ventre. Un jour, il a tué un criminel. Il s’est étouffé de rire en le voyant. La famille a porté plainte. 6 mois fermes.

Au top 50 des super-heros municipaux, Coati-man n’est meme pas classé. Pourtant il n’y a que 23 défenseurs de la justice en ville.

Coati-man regrette de ne pas avoir de superpouvoirs plus spectaculaire. À l’instar de son animal totem, il peut creuser le sol et se déplacer aisément dans les arbres. Le problème en ville c’est que le bitume est trop dur pour ses griffes et que les arbres… il n’y en a pas. Il peut aussi ingurgiter des quantités industrielles de fruits. A part lui faire prendre du poids et lui donner la diarrhée, ça ne sert pas a grand chose.

Il n’a pas d’argent, pas de copine, pas d’amis. Pour survivre, il travaille dans une fonderie d’acier, mais il songe de plus en plus a démissionner, le costume lui tient trop chaud.

Coati-man titube, glisse et se rattrape in extremis à la gargouille. Il constate que l’abus de drogues et d’alcools frelatés n’arrange pas son affaire.

À la réflexion, Coati-man se demande s’il n’aurait pas mieux fait de vendre des prothèses orthopédiques comme son père.

Articles récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.