Texte à l’arrache 143

 Dans Textes à l'arrache

Psycho Fox ? Push start button © SEGA(r) 1989. Lancer ce jeu sur sa console de salon en mille neuf cent quatre dix , c’est jouer à ce qui représente le top technologique du videoludisme de l’époque. Synopsis : Le vilain Renard Madfox Daimoyojin, un sale enfoiré en toge et lunette noire, a pris le pouvoir sur on ne sait quel royaume d’un Japon de pacotille. On envoie Psycho Fox mettre une peignée au pas gentil. Le p’tit renardeau bipède, en plus d’un short, possède de nombreux pouvoirs : avec une cloche à fromage, il devient invincible. Avec un poupée de paille, il aspire tout le monde vers une dimension parallèle de souffrance pure. Et surtout, avec un machin shinto, il peux se transformer en d’autres créatures, chacune disposant de capacités spéciales. Le singe pue et saute plus haut. L’hippopotame transpire, se traine, écoute des bootlegs de Fauve, mais peut casser les murs. Enfin le tigre, qui en a sous le capot, à toujours l’oeil. Il court plus vite, bondit plus loin, baise mieux. Ils sont tous en short aussi. Le canidé roux traverse des niveaux pleins de couleurs, axés sur des thèmes différent : Campagne, désert, neige, ligne B du RER. Question ennemis, on peut dire que l’auteur de ces lignes est un obsédé. Que voit il à l’écran ? Il voit des bites sauteuses, des étrons rampants ou à hélices, des culs sur pattes, des mouches à merde… De quoi faire mouiller un conseiller d’orientation freudien. Psycho Fox est très rigolo, et vaut bien un zingueur espagnol. S’il cavale assez vite, il peut ricocher des fesses sur les plans d’eau. S’il l’attrape assez bien, il peut s’enfoncer une barre molle dans les pixels du bas, pour quasiment s’envoler. Pour casser la gueule aux phallus, il envoie son poing droit devant. Les enfoncer dans le sol en les piétinant fonctionne aussi. Sur le chemin, en cassant des oeufs, il peut tomber sur son amant Birdfly. Birdfly est un corbac tous rond, qui passe sa vie sur la croupe du renard. Des générations de corvidés camemberteux sont ainsi vengés. Accessoirement, il bute les monstres. Lors de sa rencontre avec la musca domestica, Psycho Fox doit utiliser une énorme bombe de Super Timor, le N°1. Avec Super Timor, encore plus fort, les insectes sont déjà morts. A certain endroit, le ciel se casse. Vrai. Il se fendille et se brise, ouvrant la voie sur un autre monde. Psycho Fox est psychopompe, et vrille le cerveau des enfants qui restent devant ce jeu bizarre. Voila. A la fin, ils prennent tous 100 microgrammes de LSD en intramusculaire, et meurent d’une tumeur du cervelet en se prenant pour des sumotoris.

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.