Texte à l’arrache 324

 Dans Textes à l'arrache

VOUS SOUHAITEZ FAIRE RAPIDEMENT PARLER DE VOS MEURTRES EN SÉRIE ?

Le corpse staging, c’est la solution à retenir pour donner du peps à votre scène de crime. la police ne se déplacera pas pour un simple corps allongé. Quoi de mieux pour mettre tous les atouts de votre côté ? Un truc de pros, le corpse staging ? Oui, mais surtout une affaire de bon sens et de méthode.

ETAPE N°1 > JE PERSONNALISE

Il faut bien comprendre qu’un cadavre trop lisse ou trop impersonnel ne laisse pas de place à l’imagination de l’enquêteur. Impossible pour lui de se projeter, d’inspecter, d’imaginer des mobiles tordus de meurtre là où le vôtre ne s’impose pas comme un trophée. Au final, il risque de quitter les lieux en ayant été spectateur d’une histoire qui n’est pas la sienne. En un mot, c’est comme si vous lui barriez l’entrée de votre esprit dérangé au moment où il décide de s’y intéresser !

ETAPE N°2 > JE PRÉPARE

Rappelez-vous que votre modus operandi n’est pas celui des autres. Sélectionnez les indices et dispersez les le temps de l’investigation. N’oubliez pas de remplacer les accessoires trop marqués comme par exemple les vêtements, les montres, les bijoux, par des « premiers prix » sans connotation particulière. L’enquêteur appréciera et retiendra la violence de votre meurtre au lieu de se moquer des détails de votre homicide.

ETAPE N°3 > J’AMENAGE

Savez-vous qu’une pièce en désordre permet d’y voir moins clair et surtout, de troubler les policiers ? C’est valable pour eux, c’est valable pour le juge d’instruction. Un espace intérieur ravagé distordra visuellement les volumes et floutera les perspectives. Chez le futur enquêteur, il inspirera une perception négative et traumatisante. Bien déranger, c’est à la fois une méthode et un art. Pour chasser l’ordre, on part au combat en une seule fois. Ainsi, vous récolterez instantanément les fruits de votre travail avec des résultats immédiatement visibles. Pour déranger efficacement, deux actions s’imposent : éparpiller et salir.

ÉTAPE N°4 > JE DÉCOUPE

Il est très difficile de savoir quelle matière appliquer sur les murs et où l’appliquer. Même si vous êtes sûrement très fier du résultat, il y a fort à parier que ce ne sera pas du goût de la Criminelle. Quelles que soient la nature et les qualités de votre massacre, on se projette bien plus facilement avec des couleurs sales. Donc, si vous avez des bras dans le séjour, une jambe dans la chambre ou de la cervelle dans la cuisine, n’hésitez pas, il faut tartiner les murs. Misez sur du sang ou des matières organiques et sombres qui accentueront l’obscurité de votre âme et flingueront l’ambiance.

(Trucs et astuces divers)

-Si toutes les étagères sont remplies de boyaux en tous genres, on range tout ça dans une boîte façon « boîte à souvenirs » qui prendra moins de place.
-Pour les têtes, membres, et organes génitaux, on jette les ligaments et on les range dans des boites conçues pour eux.
-Pour chaque pièce, accentuer le dépiautement. Regrouper les globes occulaires, les doigts et les oreilles dans des bocaux, casiers ou paniers.
-Pour des abattis qui débordent dans le placard : on se débarrasse de ce que l’on ne mange pas ou de ce qui est avarié. Idem pour les ossements.

Bonne bourre !

(Dédicace à Gin et Alexandra. Infos collectées sur www.stephaneplazaestsatan.con)

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.