Texte à l’arrache 335

 Dans Textes à l'arrache

le Khan Ivo fulmine : le Tsar Bacane lui a encore envoyé une de ses vannes dont il a le secret. Comme à son habitude, il a traité le mongol de gros triso. Mais cette fois, il a ajouté que l’armure de cuir doublé de fourrure du Temuujin le fait ressembler à une couille de yak. Son yin et son yang n’ont fait qu’un tour, et depuis, Ivo boude dans sa yourte au gout bulgare. L’humiliation du roi des steppes est double. Ses ouïgours et ses nongours sont les grands perdants de la compétitions de ni oui-ni non annuelle du Vatican, organisé par le Pape Ouilleur, grand tripoteur devant l’Eternel. Effrayés par leur plus que probable punition, les ouïgours s’enfuient, et ouïgours toujours.
Ailleurs, en Arabie, le calife Ourchon et l’émir Obolant, se demandent s’ils ne devraient pas se rendre à Venise, pour jouer avec le Doge Honhédragon. Mais ils ne sont pas chow-chow, sachant que le calife préfère s’assoir une jambe de part et d’autre de n’importe quoi, et que l’émir aime ne rien faire d’incroyable. Comme le Doge organise des jeux de rôle en semi-réel, ils se font la semi-remarque que ça risque d’etre un peu fatigant.
Pendant ce temps, le charivari du shah Rivari, de l’Iran, l’irremplaçable chef, fait un tintouin du tonnerre à la virgin-pride d’ Hymen-et-Loire. Dans son char, il varie ses mimiques, parfois ravies, parfois marris. Le défilé, riverain de la rivière, se termine. À l’arrivée, Bistouille, le chauffeur de bus, les attends. Ça se termine quand tout le monde monte dans le car à Bistouille…

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.