Texte à l’arrache 360

 Dans Textes à l'arrache

Ce qu’il préférait, c’était s’ennuyer, se morfondre, se languir. Aussi l’appelait-on Languir-landais, car il habitait l’ennui comme on habite un pays. Sa maison était pleine de choses intéressantes, qu’il se faisait un devoir d’éviter. Des livres, des films, des disques, et des jeux par milliers. N’importe qui d’autre n’aurait pas eu assez d’une vie pour tout effleurer, mais lui, il les avait déjà tous lu, vu et joué. Ça l’ennuyait, donc, ça le ravissait. Engoncé dans un fauteuil, en peignoir, il restait là, devant tous ces trucs, du lever au coucher du soleil. Il passait en revue les possibilités, s’imaginait tout ce qu’il pouvait faire, et en concluait, comme d’habitude, qu’il n’était motivé pour rien. Une force invisible, deux mains posées solidement sur ses épaules, l’empêchait de tenter quoi que ce soit. Cette discipline demandait beaucoup de mental. Parfois, il s’oubliait, et faisait quelque chose. Quand il s’en rendait compte, il arrêtait immédiatement ce qu’il faisait, et allait dans son lit, dormir l’équivalent du temps qu’il avait perdu à s’activer. Peu de monde comprenait son délire, pire, on le croyait au fin fond de la dépression. Mais non. S’il avait été dépressif, il se serait suicidé, or le suicide était une action, éprouvante, choquante, surprenante , violente, demandant de la préparation, des connaissances en tir, en cuisine et en noeuds de marine. Cela demandait de la motivation, et lui, comme on l’a expliqué, se complaisait dans le morne, le blanc, le passif, l’inactif, la contemplation du temps qui passe. D’autant plus qu’il y avait un risque d’au-dela tumultueux, ce qu’il craignait par dessus tout. Mettre fin à ses jours l’aurait donc empêché de poursuivre son inoccupation favorite. Mais le sujet revenait rarement sur la table. Comme il s’ennuyait, il était ennuyeux, personne ne voulait rester avec lui, et c’était parfait. Etre perpétuellement las demandait de l’abnégation, et un sens aiguë du sacrifice. Il se félicitait de s’etre aussi bien marginalisé, en declinant moult invitations, moult requêtes, moult interactions. Tout allait bien, jusqu’au jour où, à cause de son nom, il fut arrêté par des policiers analphabètes, qui l’avaient confondu avec un membre actif de l’IRA. Mais les tentatives de l’Etat, qui met un point d’honneur à rabrouer les gens trop heureux, se soldèrent en echec. En effet, mis en prison, il n’y avait rien de plus ennuyeux que la vie d’un condamné. Ce fut la plus belle période de sa vie. Irrité, la Chose Publique le libera. Les premiers jours de liberté furent un peu difficile, à cause de l’excitation du monde extérieur, mais il retourna chez lui, et retrouva rapidement ses marques. Depuis, il se vautre dans l’ennui, en rêvant de pouvoir se changer en moule. Le pied.

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.