Texte à l’arrache 43

 Dans Textes à l'arrache

1862.
Léon Tolstoi détestait aller à des déjeuners littéraires, mais il aimait son ami Fet, l’organisateur. A trente-quatre ans, son statut de jeune écrivain prometteur l’obligeait à s’assoir à la table des grands auteurs oisifs. Bien que comte, il haïssait le luxe, spécialement le luxe bourgeois. Lui qui avait des moujiks, et qui désespérait de les éduquer à être bons (il était obsédé par la création d’une école à Iasnaïa Poliana), cette salle à manger rococo représentait le comble de la perversion. Pour lui qui commençait à se reprocher son passé proche d’officier de salon, cette réunion informelle était en soi humiliante. Mais ce qui le dégoutait le plus, c’était la présence de Tourgueniev au repas. Bien que l’illustre auteur ait été un des premiers à applaudir son génie, les deux hommes s’étaient rapidement brouillés, l’un ne supportant pas les manières voluptueuses de l’autre, l’autre craignant le regard de loup, et les manières brusques de l’un.
Une imposante barbe avait poussé sur la figure de Tolstoi. Ce qui, de l’extérieur, pouvait apparaître comme un signe d’autorité et d’austérité, n’était pour l’instant qu’une tentative maladroite pour cacher sa denture. En effet, il venait de perdre toutes ses dents. Il arriva donc chez Fet, accompagné d’une certain malaise tendu.
Tourgueniev était déjà là, mielleux, gloussant, tapant sur le ventre des invités, parlant de cuisine, de femmes, et surtout pas de littérature. Les deux écrivains se saluèrent froidement, mais poliment. Léon avait une poignée de main ferme et sèche, celle d’Ivan n’est pas renseignée. On passa à table…
A un moment donné, le créateur de Père et Fils se mit à parler en termes élogieux de sa fille adorée, Paulinette : L’adorable angelot raccommodait les habits des misérables, et allait ensuite leur rapporter leurs frusques. Tolstoi, qui s’était tu tout du long, ne tint plus.
-Voici bien là une énième preuve du populisme et de l’hypocrisie de la classe dominante, Ivan Sergueïevitch, vous…
Mais Tourgueniev s’était déjà dressé sur ses cuisses démocratiques.
-Ma parole, je te fous ma main sur la gueule si tu continues !
-Très bien, alors duel !
-D’accord !
-Mais pas de duel à l’occidentale, hein ? Chacun va prendre une carabine, on va aller dans un bois, comme en Amérique… Le premier qui verra l’autre, il le tuera !
On calma les adversaires. L’Histoire ne dit pas comment le repas se termina. Tolstoi, s’il fut un grand génie, n’en était pas moins un grand cabochard. Bang bang.

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.