Texte à l’arrache 6

 Dans Textes à l'arrache

Deux cents oboles à verser, dans deux cents écuelles, tenues par deux cent pauvres. Faudra t’il les réunir dans une seule cour ? Les triera t’on, en fonction de l’apparence et de la corpulence ?

Celui la est trop gros. Pas crédible, renvoyez-le. Celui ci est parfait. Regardez comme il est maigre, même sa peau semble en loques. Et ses guenilles, et bien, elles ressemblent à sa peau ! Ici, c’est écrit, mais le voyez vous bien ? Avec ses genoux cagneux, ses coudes coupants, il n’est qu’os. C’est incroyable, mais il reste des muscles si fins, qu’il parvient à faire la quête debout. Il est superbe. Quoi ? Que dites vous ? Il a une maladie ? C’est pour ça que sa peau est pleine d’écailles, de pustules, de boutons, d’écorchures, de nécroses.

Ce n’est pas contagieux, au moins ? Non ? Parfait. Les familles auraient eu peur, on ne peut pas se passer des familles… Et sa biographie ? Oh oh ! C’est la meilleure ! Vous avez devant vous nul autre que le marquis Charles-Maxime de Rupin de la Quinquempois. Si. Rien de moins. Qui l’eut crut, hein ? Que sous ce tas d’ossements fangeux se cachait un des hommes les plus prestigieux de Versailles. Quelle image ! Quel symbole !

Parfait pour l’édification de la jeunesse : Plus on monte haut, plus on tombe bas… Enfin, une chose comme ça. Ça va en dresser des milliers, ce pouilleux. Allez, on le garde…

On en est à combien la ? Deux cents ? Parfait. Virez les autres, ceux qui attendent encore. Le casting est terminé. Bien. Monsieur va être ravi… Et Quinquempoix pour couronner le tout, c’est la cerise sur le gâteau. A présent, rassemblez les sélectionnés, vérifiez une dernière fois qu’ils sont tous bien misérables, attention, pas de fraudeurs. Monsieur ne veut que des crève-la-faim où des va-nu pieds authentiques.

Mais je ne pense pas qu’il y ai un problème me maintenant, le choix à été drastique… bref… Quand cela sera terminé, vous les ferez mettre en rang, deux par deux, les plus dépareillés si possibles, afin que Monsieur ne se lasse pas, puis vous les ferez passer par cette petite arche là bas, vous la voyez ? L’étroit passage entre ces deux grosses tours. Oui, c’est bien ça. Quand ils seront tous entrés dans l’espace Charité, vous me ferez sonner en utilisant la cloche verte. La verte, pas une autre, afin que je puisse prévenir Monsieur qu’il est temps.

Monsieur arrivera par la porte principale, sans tambour ni trompette, avec sa bourse. Il déambulera là en donnant un écu à chacun d’entre eux. C’est à ce moment que vous DEVREZ faire en sorte que personne ne reçoive plus d’un écu, m’avez vous bien compris : quand tu es servis, tu dégages. Le plus simple et de faire évacuer, une fois l’aumône donnée, vous avez la troupe à votre disposition pour cela. Il y aura également les visiteurs à gérer.

Vous DEVEZ faire en sorte qu’il ne s’approche pas trop des pauvres. Pour deux raison. La première : pour ne pas propager d’éventuelles infections à la population saine. La deuxième : pour que personne n’essaye de dérober les écus donnés. Cela arrive très souvent. Ne vous préoccupez pas de Monsieur, il a son escouade de Chauves-Souris qui patrouillent au dessus de nous, prête à fondre au moindre problème. Elles sont diablement efficaces.

Articles récents

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.