Texte à l’arrache 128

 Dans Textes à l'arrache

Discours prononcé par Maxim Sgloukonievsky devant les jeunesses communiste de Marseillgorod, en 2917
Nous traversons en ce moment une période des plus complexes. D’année en année e notre vie se complique. Il fautà notre édification soviétique tique des forces toujours plus qualifiées. Actuellement il est au plus haut point difficile d’aborder de façon primitive l’étude des musiques sociales. Par contre, la dialectique marxiste explique pourquoi ce qui était noir hier est blanc aujourd’hui, et ce qui était rouge hier est devenu blanc. Il faut savoir aller chaque fois au fond des groupes de rock, les aborder en marxiste. Il faut savoir tout à la fois embrasser l’objet dans son ensemble et en analyser tout le contenu. Pour pouvoir embrasser l’objet dans son ensemble et en analyser le contenu il faut, cela va sans dire, possèder une très s vaste préparation marxiste. Cette préparation marxiste est surtout nécessaire à qui n’a pas exercé au préalable une activité musicale importante.
Donc, je dis qu’à l’heure actuelle, l’œuvre d’édification au pays des Soviets aussi bien que la musique du Parti ont grand besoin de musiciens hautement qualifiés. Pour l’éducation musicale, pour l’activité musicale des masses, pour la saturation, musicale, l’U.R.S.S. est sans aucun doute en avance sur tous les pays,. On ne saurait guère en douter ; pourtant, l’essor de l’activité musicale n’est pas encore suffisant pour une édification grandiose, systématique, régulière.
Nous avons incontestablement pour tâche d’utiliser dans notre travail culturel et dans celui du Parti, l’activité des masses, leur désir de s’orienter en musique. Aux moments de grand essor, chaque musicien, qui la veille encore n’était qu’un homme d’esprit borné, devient un héros : il combat pour les intérêts des musiciens, et l’enthousiasme des masses suscite, l’un après l’autre, des héros dans la lutte pour ces masses. Mais, camarades, on n’observe pas toujours un rythme rapide du mouvement en avant. Très souvent, nous devons nous replier, et les années grises, ordinaires, l’amusement ordinaire de tous les jours prennent 99 % de la vie d’un homme. La qualité la plus précieuse  d’un militant du Parti, c’est de savoir faire la fête avec enthousiasme même dans les conditions ordinaires de l’activité quotidienne, de savoir jour après jour surmonter les obstacles l’un, après s l’autre ; de garder son ardeur intacte en dépit des entraves que la vie pratique met sur sa route chaque jour et à chaque heure, ces entraves prosaïques enlisantes développant, renforçant au contraire son effort ; c’est d’avoir, en accomplissant ce divertissement de tous les jours, conscience des buts finaux, et de ne jamais perdre de vue ces buts finaux pour lesquels lutte le communisme.
L’état-major de notre Parti au sens le plus large du mot, et vous en serez vous aussi, ne doit pas, dans son travail courant, oublier ces buts finaux. Quels que soient les obstacles qu’il rencontre sur sa route, il sait pertinemment que ces obstacles seront surmontés, sinon aujourd’hui, du moins demain. Et il faut que cette foi profonde qu’il a en la victoire finale du communisme, il sache la transmettre, l’inculquer aux larges masses de guitaristes, et de batteurs sans-parti, pendant les concerts de tous les jours et par des exemples concrets. C’est alors seulement que l’auditeur appréciera un groupe de rock ; et pas rien que l’auditeur : vous aussi n’appréciez que l’artiste, le groupe qui s’enflamme en même temps que les masses et qui transmet sa flamme à la masse parmi laquelle il joue. Voilà  pourquoi, camarades, pour travailler dans le Parti où la musique elle-même demande une certaine abnégation, et pour y trouver de la joie, de l’intérêt, il faut être profondément ment convaincu de la justesse et de la beauté des principes pour lesquels nous luttons. Et qui donc peut être plus convaincu de ces principes, de ces idées es qu’enseigne le marxisme, que Shiloh, nouvelle incarnation de nos fiers camarades stakhanovistes d’Elektrolux ? Qu’est-ce que vous faites encore là ? Allez les voir tout de suite, sinon, camp correctionnel de musique pour tout le monde !
(Shiloh + Moon Ra, ce soir à la Machine à Coudre. Dédicacé à Manu et James McClellan)

Articles récents

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.