Texte à l’arrache 155

 Dans Textes à l'arrache

Lapis-Lazuli, couleur de peau d’un dieu de la terre noire. Amon. Non pas un mime trop bavard, ou un homme politique périssable. Son prénom n’est ni Marcel, ni Benoit. C’est l’Inconnaissable, le Caché, le Changeant, aux formes trop multiples pour etre saisies par de faibles mortels. A la réflexion, ca pourrait etre l’homme politique, mais non : il peut se changer en oiseau, et de temps en temps, l’oiseau s’arrête de voler, à la différence du politicien. Pondeur et fertiliseur de l’œuf primordial, sa procréation s’est répandue sur le limon du Nil, où elle a cru. Amon changeant, soulève le soleil jusqu’au zenith, rabaisse le derrière l’horizon, et recommence, par pitié pour nos ames débiles. Eclaire le monde, et fait pousser les plantes hors du sol. Ton derme de pierre précieuse rappelle les nuits claires, par lequelles les défunt sortent de leurs hypogée, pour repeter leurs vies dans les allées des nécropoles. Si puissant qu’il fusionne avec Ra, et que les autres dieux se prosterne comme des chiens devant leur seigneur. Immigration, chômage, retraites, problème trop piteux pour son Divin Programme. Amon-Ra accepte tout le monde, emploie tout le monde, vieillit tout le monde. Du moment que tout le monde marche de profil. L’astre du jour se couche sur Kemet, et réapparaît au dessus de la Gueuse moderne, contemplant d’un air severe les vermisseaux qui s’entre-devorent sous son cercle. Sa punition est sans appel : tongs-chaussettes obligatoires, Vianney en hymne national, travail des enfants, télévision qui ne s’eteint plus. Ca leur apprendra, de Dieppe à l’Estaque, à tous ces petits noeuds qui croyaient qu’en l’oubliant, Il disparaîtrait. Ils pourront faire toutes les idoles qu’ils veulent, avec leurs imprimantes 3D, le lapis-lazuli recouvre deja la terre, et sa colère est terrible. Johnny Halliday est écartelé aux piliers de la tour Eiffel (tordue), l’equipe de France de football vidée de ses boyaux avec des poires à lavement en cuivre, les gros bonnets des partis réduit à l’état de cynocéphales, les auto-tuner enfoncés dans les chanteurs de troisième zone, les Dantonistes de bistrot rangés sous le comptoir. Momification de cinquante pour cent de la population. Damnation éternelle pour ceux qui ont dansé la tektonik, soufflé dans un vuvuzela, collaboré avec les tueurs, trop parlé sans agir. Amon-Ra le bélier encorne les porteurs d’oriflammes, Amon-Ra l’oie défèque sur la tête des enragés de rien, Amon-Ra le serpent mord la queue des prosélytes de l’Art. Amon-Ra, avec sa nouvelle formule, écrabouille le bourgeois usineur de Beau, et l’empeche de pondre ses oeufs. Amon-Ra, c’est plus fort que toi. Amon-Ra, raaaah, lovely !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.