Texte à l’arrache 206

 Dans Textes à l'arrache

 

(Lettre de Rimbaud Guerrier à Georges Enslibar – 13 mai 1871. Connue aussi sous le nom de lettre du voyeur)

 

Cher Monsieur !

Vous revoilà chômeur. On se bat contre la Société, m’avez-vous dit ; vous faites partie des corps des gradants : vous vous bornez dans une termitière . — Moi aussi, je suis le manant : je me fais stoïquement radier ; je déterre d’anciens chevaux de manèges : tout ce que je puis inventer de net, de male, de libre, en action et en parole, je le leur mets : on me paie en billes et en phoques. Stat mater dolorosa, dum pendet filius. — je me bats contre la Société, c’est juste, — et j’ai raison. — Vous aussi, vous avez raison, pour aujourd’hui. Au fond, vous ne voyez en votre chômage qu’ indolence subjective : votre obstination à regagner l’université terre à terre, — pardon ! — le prouve ! Mais vous finirez toujours comme un désolé qui n’a rien eu, n’ayant rien voulu donner. Sans compter que votre indolence subjective sera toujours celle d’une connasse. Un jour, j’espère, — bien d’autres espèrent la même chose, — je verrai dans votre principe l’indolence objective, je la verrai plus sincèrement que vous ne le feriez ! — je serai un branleur : c’est l’idée qui me retient, quand les placidités molles me poussent vers la pétanque de Marseille — où tant de branleurs traînent pourtant encore tandis que je vous écris ! Branler maintenant, toujours, toujours ; je suis en crème .

Maintenant, je m’assagit le plus possible. Pourquoi ? je veux être pervers, et je travaille à me rendre voyeur : vous ne comprendrez pas du tout, et je ne saurais presque vous expliquer. Il s’agit d’arriver au connu par le règlement du plein d’essence. Le sans-plomb est exorbitant , mais il faut être fort, être né prolo, et je me suis reconnu prolo. Ce n’est pas du tout ma faute. C’est faux de dire : je danse: on devrait dire : On me danse creuse. — Pardon du jeu de mots. —

Si je est un autre, alors tuez-moi. Tant pis pour le vers qui se trouve dans le bois, et Narguilé aux inconsistants, qui mégotent sur ce qu’ils implorent tout à fait !

Vous n’êtes pas chômeur pour moi. je vous donne ceci : est-ce du sitar, comme vous diriez ? Est-ce de la perversion ? C’est de la maladie, toujours. — Mais, je vous en supplie, ne soufflez ni du ballon, ni — trop — de la cornemuse :

Mon triste poulpe bave à la queue…

Ça ne veut rien dire. — Répondez-Moi : chez M. Dederriére, pour R. G.

Bonjour de cul,

Rimb. Guerrier

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.