Texte à l’arrache 226

 Dans Textes à l'arrache

-Vinzo, vos réactions après le tollé du texte à l ‘arrache 224 ?

-Euh… Quel tollé ?

-Ben vous avez traité Einstein d’incestueux, vous avez prononcé le nom complet d’Hitler, et vous avez dit nazi deux fois !

-Oui, et donc ?

-Mais c’est très grave ! On vous traite de fasciste, les gens sont descendus par millions dans les rues pour vous insulter en chœur.

-Bah… Béé, pardon.

-Vous avez peut-être envie de vous justifier ?

-Ben oui, salsifis. Je fais de la littérature, pas de la morale. Mon travail c’est de vous amuser en vous faisant ressentir des émotions. Si ça vous choque, c’est que ça marche.

-Mais le travail de mémoire ?

-Oulala mais où est ce que vous m’emmenez, endive ? Pourquoi vous m’embêtez avec quatre petits mots tombés au fond d’un poème ? Pour votre information, je n’ai jamais dissous de juif dans l’acide, je n’ai jamais lynché de noirs, ni brûlé d’homos, ni refoulé de migrants, et je ne compte pas commencer, parce que c’est mal, vous entendez c’est MAL de tuer des gens, dois je me balader avec un écriteau sur la tête, où dois je donner un mode d’emploi a tous les esprits forts et faibles que je rencontre, pour qu’ils comprennent ? Un petit livret explicatif ?

 -Donc vous méprisez certaines personnes…

-Oui, vous, la hyène propagandiste insidieuse. Vous êtes vilain, et vous avez une tête de cuy. 

-Moi tête de cuy ? non mais vous vous êtes regardé, avec vos yeux fardés ? Maquillette !

-Rabougri !

-Saucisse !

-Volteyre ! (nda: voir texte à l’arrache 119)

-Maigrichon !

-Fantasme !

-Idiot !

-Morille !

-Taré !

-Émeu !

-Casoar !

-Prosélyte ! En garde !

(la bataille s’engage, le journaliste tente un mawashi-geri vers la mâchoire de Vinzo, qui pare avec une prise dans le style mante religieuse, poignets cassés, pouces et index en poinçons. La chorégraphie est réglée au millimètre, les deux combattants virevoltent dans le studio, la caméra peine à les suivre. Ils se jettent les chaises à la figure, détruisent la table. Les micros grognent, piaillent, se cassent. Le présentateur tente une clé de bras figure quatre sur Vinzo, mais il est si mou qu’il s’échappe avec une agilité d’anguille, avant d’envoyer son adversaire s’écraser la gueule sur l’objectif qui se fendille. Noir. Coupure.

Comme c’est la chaîne d’état, et qu’il est vingt heure passé, pas de publicité. Programmes débiles pour l’édification des buses : Présentation d’un groupe électro-rock, les Ramequins, composé d’une femme à barbe, et de hipsters anorexiques. Ils jouent de la musique qui ressemble à un pot de yaourt nature dans un frigidaire vide. Un air d’une platitude de Belgique vitrifiée. D’ailleurs, la formation vient de Waterloo. Morne plaine…

Rubrique suivante, comment repeindre un mur en blanc : prenez de la peinture blanche, mettez en un peu dans un bac à rouleau, imbibez le rouleau de peinture en le faisant rouler dans le bac, appliquez le rouleau sur le mur en faisant des gestes verticaux, de bas en haut, quand il n’y a plus de peinture sur le rouleau, recommencez la procédure. Quand le mur est tout blanc, c’est fini. Voili, voilou… Tout de suite, votre débat du soir, l’alphabet, est-il dangereux pour le cerveau ? Avec quatorze académiciens et une bimbo enfermés dans un entrepôt de charcuterie bavaroise. Ça promet.)

Articles récents

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.