Texte à l’arrache 183

 Dans Textes à l'arrache

Thierry le huron était un indien d’Amérique, si doué dans le réglage de microphones que tout le monde l’appelait l’ingé-son.

Il parcourait les vastes forêts de la cote Est, partout où ses talents pouvaient être requis. Nombreux les festivals itinérants dans ces lointains temps, avec nulle part à l’horizon une sale tronche de blanc. On était donc heureux, et ce, tout simplement. Pendant ces événements, concours de bisons mouillés, concerts punk (coupe iroquoise exigée) et calumets de la paix. Les pow-wow n’étaient pretexte qu’a s’embrasser. Quel plaisir de se dire hugh! au frais d’un saule ou d’un tipi typique. Toujours Thierry s’eclatait à sonoriser des petits groupes, en particulier quand ils jouaient son morceau préféré, Apache, fatalement. Il ne gagnait pas beaucoup de sioux, sa femme, Josiane, était une grosse cheyenne, et malgré les invectives de ses confrères, qui lui disaient « mais enfin, bats la squaw ! », il demeurait inflexible.

« Avec tes calembours, tu comanche à me gonfler », disait-il à l’interlocuteur inopportun. Ça n’allait jamais plus loin que ça, car le huron était le plus doux des peaux-rouge. Il n’aurait jamais scalpé une mouche. Rien ne lui plaisait plus que d’être charmant avec les shamans qui montaient sur la scène pour interpréter les succès du moment : « Totem moi non plus », « Viens faire un tour dans mon wigwam « , « Manitou par ci, Manitou par là » ou autres « Cochise dans les prés ». Les câbles en peau de castor avait beau être emmêlés, lui à chaque fois se sortait de ce mic-mac filaire, avec un tel doigté que beaucoup disait que l’ingé était adroit comme le grand Sachem.

Petits keupons du monde entier, ayez donc à cet instant une pensée pour le huron. Si sympa et si drôle qu’on le nommait parfois « Thierry-golo, celui-qui-a-oublié-d’etre-con« . Qu’importait le style, qu’importait le ton, ce qui comptait pour lui, c’était l’amour du son. Méditez là-dessus.

Articles recommandés
Commentaires
  • plactoweb
    Répondre

    Mouahhahah il y apache à chier t’es le roi du calembour

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Me contacter

Je vous recontacterai si je veux !

Non lisible? Changez le texte.